Ohsaka Gakuen


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Deux grosses valises en mains [PV]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Deux grosses valises en mains [PV]   Mar 11 Déc - 19:09

Quatre jours avant le départ de Mizukare :

Le jeune homme était là, assis sur son lit, en tailleur, à regarder son billet d'avion. Oui, lui, il prenait l'avion, alors qu'il n'habitait qu'à trois heures de son futur lycée. Les autres auraient sûrement pris le train, ou seraient venus en voiture, par soucis d'argent, afin de faire économiser leurs parents, ou je ne sais quoi d'autre, mais lui, il avait exigé d'y allé en avion. Biensûr, pas un vulgaire avion, mais un avion première classe. Oui, il lui fallait tout son confort! Il regardait donc son billet d'avion, comme si il avait été hypnotisé par celui-ci, ne pouvant en décrocher son regard. Il avait hâte que le jour de son départ arrive, mais il était à la fois plein d'appréhension. Il ne savait pas vraiment ce qu'il allait trouver dans sa nouvelle école. Sûrement des gens très doués, plus doués que lui peut-être! Non, il ne fallait pas que ça arrive, il devait absolument être plus fort qu'eux, question de principes... Il y était habitué, et il fallait bien qu'il continue à essayer d'être le meilleur, sinon, il n'avait pas de raison d'être.
Les gens là-bas le trouveraient sûrement bien trop sûr de lui et agaçant pour être accepté. Ils feraient peut-être tout pour qu'il ne s'intègre pas, ou peut-être simplement que Mizu était trop paranoïaque, et s'imaginait que tout le monde lui voudrait du mal alors que ça ne serait pas le cas. En tout cas, il ne voulait absolument pas être rejeté ! Cela, il ne le supporterait vraiment pas.

Le jeune homme resta comme cela, à contempler son billet d'avion pendant une bonne trentaine de minutes, à s'imaginer ce qui l'attendait là-bas... et finalement, il s'endormit, sans même s'en rendre compte, et sans même être fatigué.

***


La veille du départ :

"Est-ce que je vais réussir à dormir?!" Cela faisait maintenant deux heures que Mizukare était allongé sur son lit, mais il ne parvenait pas à fermer l'oeil, contrairement aux jours précédents, où il s'était endormi rapidement à chaque fois. Il avait une boule dans le ventre, qui ne voulait pas partir, malgré le calmant qu'il avait pris, et il ne pouvait pas s'empêcher de regarder ses valises, ou du moins, la masse noire de ses valises qu'il dicernait dans l'obscurité. Il en avait deux remplies de choses plus inutiles les unes que les autres. Il voulait absolument tout emporté avec lui, et autant dire que sa garde robe était grande.

Il alluma la lumière. Il n'arrivait pas à dormir? Alors il allait faire autre chose. Mais il ne savait pas quoi faire pour s'occuper... Il resta là, assit sur son lit, la lumière l'éblouissant, pendant un instant. Et enfin, il trouva une idée. Il allait écrire une lettre à Hayden. A quoi bon? Il n'en savait trop rien. C'était sûrement inutile, et en plus, il ne la lui enverrait pas, à coup sûr. Malgré tout il alla se poser à son bureau, prit une feuille et un stylo, puis commença à écrire :

"Chère Hayden,
J'espère que tout se passe bien pour toi aux Etats Unis, que tu t'y es fait des amis, et peut-être que tu y a trouvé l'amou..."


Il chiffona la feuille et la jeta à la poubelle, tout en prononçant à haute voix "stupide". Il prit un autre support, et recommença à écrire :

"Chère Cousine,
Je sais que cela fait longtemps que je ne t'ai pas donné de nouvelles, et je m'en excuse."


Il posa le stylo sur son bureau. Quoi écrire d'autre? Rien... Il n'avait déjà plus d'idée...
Il croisa ses bras sur le bureau, et posa sa tête dedans, afin d'essayer de trouver l'inspiration... Mais au lieu de cela, il trouva le sommeil.

***

Le lendemain, son père vint le réveiller; c'était lui qui devait l'amener à l'aéroport. Mizu avait un satané mal de cou, qui lui descendait jusque dans le bas du dos, à cause de la position dans laquelle il avait dormi. Il se leva de la chaise, en grimaçant, et commença à se préparer. Il alla tout d'abord se prendre une douche, pour se réveiller un peu, et pour avoir les idées claires. Il s'habilla ensuite, non pas avec l'uniforme que l'école lui avait envoyé à l'avance, mais avec ses propres affaires, qu'il avait déjà préparés sur sa commode. Il enfila une chemise noire avec une cravate rayée noire et blanche, et mit un pantalon gris. Après ça, il alla déjeuner, seul, comme d'habitude. Il se prit un café bien fort, histoire de ne pas se rendormir dans l'avion -pour ne pas arriver avec une tête de shooté, et pour ne pas froisser ses habits-. Pendant qu'il buvait son café, son esprit commença à vaguabonder. Il repensait encore une fois à l'école, et essayait de nouveau de s'imaginer comment ce serait là-bas.

Lorsqu'il eut finit il alla se laver les dents, puis enfila ses chaussures –des chaussures blanches aux bouts longs-, mit un manteau long, gris, et enfin, alla chercher ses deux valises, qui pesaient une tonnes. Il alla ensuite prévenir son père, pour qu’il prépare la voiture. Une fois assis dedans, M. Ishii démarra. Les deux personnes n’échangèrent pas un mot pendant le trajet en direction de l’aéroport. Le père ne semblait ni triste ni heureux de quitter son fils. Il n’était même pas fier de voir que son garçon était assez mature pour prendre de bonnes décisions seul. Cela ne dérangeait pas Mizu tant que ça, car il y était habitué. Le fait que ses parents soient froids, et cela avec tout le monde, il avait finit par s’y faire… Après tout, il n’avait pas vraiment le choix de faire autrement.

***

Bientôt, ils arrivèrent à destination. Ah… le moment d’entrer dans la nouvelle école approchait trop vite au goût de Mizu. Rien qu’à cette pensée, son cœur se mit à accélerer. Il sortit de la voiture, alla prendre ses valises dans le coffre, puis salua son père, comme il l’aurait salué pour sortir, ayant en tête le fait qu’il reviendrait le soir même. Mais là, ce n’était pas le cas, il ne reviendrait pas. Il aurait réellement voulu le serrer dans ses bras, lui montrer qu’il était triste de le quitter, mais il ne le fit pas, afin de garder sa fierté intacte. C’était stupide de faire cela, mais avec un père comme celui de Mizu, personne n’aurait pu faire autrement. Il le quitta donc sans montrer le moindre signe d’affection, seulement en lui disant un "au revoir" sur un ton calme et posé.

***

Le voyage en avion se passa bien, et fut assez rapide, tout comme le trajet en taxi qui l’amenait de l’aéroport à sa nouvelle école. C’est comme cela qu’il arriva bientôt devant le portail de l’établissement, valises en mains. Personne ? L’endroit semblait vide. Ce n’était pas étonnant. Vu le froid qu’il y avait dehors, tout le monde devait être allé se réfugier à l’intérieur, près des radiateurs. Alors Mizu continua de marcher, jusqu’à arriver devant la porte du hall d’entrée de l’école. Ca y est, il y était pour de bon. Il baissa les yeux vers ses pieds, et souffla longuement. Maintenant qu’il avait retrouvé toute son assurance, il releva le regard vers la porte, et l’ouvrit. Il entra à l’intérieur de la salle. Il y avait pas mal de monde présent, et Mizu remarqua que les étudiants formaient presque tous des groupes séparés, éloignés les uns des autres. Curieux… Il remarqua aussi que presque personne ne portait l’uniforme de l’école, ce qui l’agaça, car il s’était imaginé qu’il aurait été le seul, ou du moins l’un des seuls, à se démarquer en ne portant pas l’uniforme de l’établissement.Il avança parmi la foule, sans que personne ne semble le remarquer, ce qui ajouta à son énervement. Il soupira longuement, tout en continuant de marcher, puis, à un moment, s’engagea dans un couloir, dans lequel il semblait y avoir moins de monde que dans le hall. Sanato respirait déjà mieux !

Il marcha, avec un air de dédain sur le visage, pendant un instant, puis finit par se mettre sur le côté, poser ses valises, et se coller contre le mur. Ses affaires étaient décidemment vraiment lourdes ! Ca lui tirait dans les épaules, et le faisait presque grimacer. Après un petit moment, le garçon commença à observer les gens qui lui passaient devant, sans lui prêter la moindre attention, afin de se familiariser un peu avec la plèbe de cet établissement. Ils paraissaient tous plus niais les uns que les autres. Chérubins souriant avec bienveillance, gamines stupides ressemblants à des catains, se déhanchant sous le regard intéressé de quelques accros des jeux vidéos incapables de faire autre chose que de baver devant les formes de ces filles presque encore enfants.

Tout ce petit monde lui paraissait bien pathétique, c’était vraiment exaspérant ! Qu’est-ce qu’il faisait là ? Il se le demandait bien… Il vallait beaucoup mieux que ces gamins inconscient et naïfs… Mais après tout, il ne pouvait pas vraiment leur en vouloir, car lui aussi avait été comme ça : aussi chétif qu’eux, et considérant la moindre chose comme étant anodine. Mais à présent, il avait changé. Il était comme aigri, et blasé. Ou peut-être tout simplement réaliste, et conscient des choses qui l’entouraient. C’était donc normal qu’il ait un tel regard sur les autres.

Malgré tout, quelqu’un attira son attention : cette personne donnait l’impression d’être aussi blasée que le garçon. Mais ce n’était peut-être qu’une impression… De plus, elle n’était pas accompagnée d’un groupe, contrairement aux autres. Il hésita à aller voir cette personne, à aller lui parler, mais finalement, il rennonça. A quoi bon aller à la rencontre de gens qu’il ne connaissait pas ? C’était une sorte de signe de faiblesse : si il avait été lui parlé, ça aurait sûrement été pour lui demander de l’aide, et Mizu ne voulait pas se rabaisser à cela, il ne voulait pas montrer qu’il avait besoin de quelqu’un, dans quelque situation que ce soit ; encore une fois pour sa fierté, et son estime de lui-même. Son raisonnement était totalement stupide, et quelque peu curieux, il en était conscient. Mais il ne voulait malgré tout rien changer. Alors il attendit, pour voir si cet inconnu allait venir vers lui ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Oshimuriwa Narra

avatar

Nombre de messages : 344
Age : 27
Âge du perso : 17 ans
Dortoir n° : 3 [ Musique - Guitare ] [ Mannequinat ]
Chambre : 3 - 0?, If you want to see me...
Date d'inscription : 05/11/2007

Feuille de personnage
Classe: Quatre
Côté coeur: Ma guitare...ma vie, mon insomnie...mon plaisir
Humeur: froide et distante...

MessageSujet: Re: Deux grosses valises en mains [PV]   Ven 14 Déc - 11:44

Le jeune Narra comme tous les jours étaient encore en train de dormir alors que les cours allaient bientôt commencer. Il soupira et regarda alors la chambre qui était déserte. Son colocataie était déjà parti? Très bien, si cela l'amuse après tout ce n'était pas ses affaires. Il regarda alors sa guitare qui avait été abîmé par ce jour à la piscine. Heureusement, l'eau et le chlore n'avait qu'enlever u vernis et ce fut facile pour le jeune musicien de tout réparer pour la remettre comme neuf. Mais il s'en voulait de lavoir fait ainsi souffrir, lui qui tenait à sa guitare plus qu'à sa vie, cela lui avait véritablement fait un choc que de voir une telle attitude venant de personne qu'il ne connaissait pas. Mais finalement, il était habitué à ce genre d'attitude d'où son air toujours à des années lumières du monde normal. Mais il s'en moquait éperdument finalement. C'était comme si tout d'un coup rien n'avait d'importance. Le jeune homme pris donc en main sa guitare et joua quelques notes en silence. Elle ne faisait pas le même son, elle avait été désaccordé; Super, il allait devoir travailler sur ça alors qu'il n'en avait vraiment aucune envie.

Il se leva donc et alla à sa valise pour se trouver des vêtements comme les atres, ceux qu'ils mettaient tous les jours en vérité. Un simple maillot blanc, un pantalon noir et un blouson noir sur lui. Il regarda alors encore une fois la chambre. Décidémnt il n'était vraiment pas à l'aise dans cet endroit, c'était peut-être le seul endroit qu'il ne supportait pas. Non, ce serait mentir de dire que c'était le seul où il n'était pas à l'aise. Il était tout simplement très rare de voir le jeune musicien dans un endroit et surtout à son aise. La seule pièce qui avait pu voir un garçon heureux fut la piscine mlgré l'incident. C'était étrange de faire de la musique dans ce lieu, mais cela lui avait tellement fait du bien en fait. Il s'était senti libérer et encore plus il avait pu parler peut-être sortir un peu de sa bulle. Mais ce serait trop que de dire qu'il était sorti de sa bulle, il y était encore. Il en était depuis si longtemps prisonnier qu'il ne pouvait même plus s'en sortir. Et peut-être qu'il n'y avait aucune volonté à le faire? Qui sait réellement ce que pouvait penser le japonais sous ses airs dur et son visage si froid, ce regard sans expression. Qu'est-ce qui pouvait bien y avoir comme idée? Personne ne le sait après tout car il ne fut jamais proche de personne et c'est en ça que tout le monde le considére facilement comme un snob. Alors qu'il ne prend personne de haut, il se fait tout simplement rejeté et cela sera sûrement toujours pareil.

Il ouvrit donc la porte du dortoir avec un air vraiment grave. Sa guitare à la main, il commença donc à marcher dans les couloirs encore assez désert. En même temps, il était bientôt l'heure. Mais l'heure n'était pas son problème, de toute manière il devait jouer avant d'aller travailler sinon il ne pourrait pas se concentrer. Surtout que pour être franc dans sa classe il ne connaissait personne. Et finalement n'avait envie de connaître personne du tout. Pour lui ce serait la pire chose que de rencontrer quelqu'un qui lui dit « salut, ça va? Je suis dans ta classe devenons ami ». Le genre d'hypocrisie que Narra ne supportait tout simplement pas, il n'avait pas envie d'être ami avec tout le monde. Il préféré les choses qui se font naturellement. Il soupira alors encore une fois en marchant tranquillement et prenant dans sa poche son petit médiator bleu. Il le regarda alors en repensant à l'eau qui avait presque failli le tuer. Ce mystérieux nageur, pourquoi ne pouvait-il tout simplement pas le revoir? C'était triste que tout ce soit fini avec cet infirmerie, mais peu importe, maintenant il est trop tard pour ce poser des questions. Il regarda enfin où il allait et trouva le hall.

Il posa son regard abscent sur tous les groupes qui étaient présent. Il les trouvait comme tous les jours, c'était les mêmes personnes qui jonchaient ce hall comme tous les jours. Il n'avait rien à leurs dire, rien à faire d'eux et il se mit à marcher dans cette grande pièce comme si tout était normal. Aucun regard ne se posait sur lui, comme tous les jours, pourquoi vouloir être remarqué de toute manière? Il n'avait aucun intérêt à ce qu'on voit qu'il existe tout simplement. Il laissa un petit sourire froid paraître sur ses lèvres en même temps qu'il s'asseya contre un mur du hall en mettant bien sa guitare près de lui. Il se mit donc à accorder ses cordes sans même se souciait s'il avait le droit ou non. Pourquoi ne pas avoir le droit de toute manière? Ils étaient bien dans une école faite uniquement pour développer leurs dons artistiques ou sportifs. Il comptait donc rester aussi longtemps que l'envie lui disait. Il accorda donc sa guitare etse mit à jouer quelques petites notes mélodieuse mais pas trop fort. Il vit qu'aucun groupe n'avait remarqué sa présence et cela l'en soulagea un peu. Par moment, il voyait les gens venir lui parler et tout, cela l'exaspérait au plus haut point. Il se mit donc à jouer avec passion avec sa guitare et un petit sourire totalement hors propos se dessina sur ses lèvres...


« I want a dream...Laisse moi rêver de toi... »


Cette petite phrase se fit légèrement entendre par la japonais qui était en train de jouer. Oui, il pensait à quelqu'un en particulier, à ce garçon dont il ne savait rien et pourtant dont il avait envie de tout connaître. Peut-être que c'était fou et stupide que de tout simplement vouloir connaître une personne appartenant à un autre univers. Mais il s'en moquait, c'était comme si une force le poussait. Pourtant, il n'avait nullement l'intention de voir le monde réel tel qu'il est. Pour lui ce n'est qu'une masse de personne qui est ici pour discuter de choses totalement inutiles et parfois même puérils. De toute manière niveau puéril, par moment on atteint des sommet dans ce lycée. Tout le monde se pense le meilleur et personne ne cherche à regarder les gens tels qu'ils sont. Mais après tout, chacun choisissait son style de vie, par moment être gamin était un moyen de s'intégrer. Et bien qu'ils le fassent si ça les rend heureux. Après tout, ce n'est pas Narra qui va les empêcher de ne pas se poser et de regarder les horreus de ce monde. Même lui d'une certaine manière les fui de toute façon. Dormir? Oui, le nom que porte sa fuite se trouve dans le sommeil...

Il continuait donc de jouer en se souvenant de ce visage mais aussi en allant dans son mone à lui, un endroit que personne n'aura jamais le droit de pénétrer tout simplmeent parce qu'il ne les laisserait jamais faire. Il continuait de jouer tranquillement en attendant. Il ne savait pas trop ce qu'il attendait mais il l'attendait tout simplement de pied ferme. Il jouait cette mélodie toujours aussi triste et aussi douce qui ne devait pas parvenir aux oreilles de tout le monde. Il n'avait pas remarquer que quelqu'un était présent, dans ce hall, seul lui aussi et qui était dans un autre monde. Un monde tout aussi blasant que la réalité. Mais les yeux de Narra étaient clos, il ne souhaitait rien voir laissant les notes et sa guitare tout simplement parler pour lui. C'était comme si la guitare avait une âme et que la main de Narra ne controler pratiquement rien, mais non, finalment c'était juste qu'il jouait tellement de la guitare qu'il n'avait plus besoin de regarder comment jouer. Chaque corde, il les avait toutes mémoriser, il savait comment faire la gamme sans même se souciait de tout ça.

Mais alors qu'il jouait tranquillement contre son mur il sentir un cou ce qui lui fit faire une mauvaise note. Aïe, chose que bien evidemment le guitariste ne supportait pas, faire une mauvaise note. Il soupira alors et regarda le garçon qui était à moitier sur son épaule. Il le repoussa alors en se levant, le faisant ainsi tomber. Il le regarda de son regard froid et dur alors que le gamin était en train de l'engueuler. Comme si c'était de sa faute si ce garçon n'avait aucun équilibre. Il commença donc à bouger et alla vers les escalier pour partir en laissant l'autre garçon crier dans le hall comme un putois. Il tourna alors son visage vers les mur car en réalité il voulait regarder par la fenêtre. N'allait pas croire qu'il cherchait quelqu'un cela serait toujours aussi faux vu qu'il n'apprécie que très modérément les gens et leurs compagnie. C'est alors qu'il vit un jeune homme avec des valises et un air supérieur. Avec un tel visage une chose était certaine, il n'allait pas trouver très facilement quelqu'un pour l'aider. Narra se mit donc à le regarder et remrqua qu'en effet tout le monde ne faisait que passait devant lui. Il se mit alors tout contre la balustrade une fois avoir posé sa guitare sur son dos pour être tranquille et il cria à Ishii se moquant pas mal de ce qu'il dit.


« Hey! Reste pas planter là tu vas prendre racine! »


C'était sa manière de dire que si le nouveau avait besoin d'aide il n'avait qu'à lui demander. Mais bien evidemment il n'allait pas lui dire si tu veux de l'aide et tout ça. Non mais faut pas rêver, s'il voulait quelque chose il avait qu'à ravaler sa fierté et venir le demander aux autres. De tute manière il y avait sûrement une tonne de personne plus sympa qui iront l'aider maintenant que certaines filles l'avaient remarqué et commencer déjà à glousser sur le compte d'Ishii. Whaaa Narra venait sûrement de pourrir la journée du nouveau, c'était cool même si c'était pas voulu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux grosses valises en mains [PV]   Mer 26 Déc - 21:45

La personne qu'il avait remarqué venait apparement de se rendre compte de sa présence. Il avait sûrement du sentir que quelqu'un le fixait. Malgré tout, Mizukare continua de le regarder de la même façon. L'inconnu semblait plus petit que lui, tant mieux, Mizu n'aimait pas qu'on puisse le regarder de haut. Le jeune homme observa l'autre pendant un petit moment, regardant en détail l'inconnu, comme il le faisait si souvent. Il portait des habits assez simples. Mizu pensa alors qu'il n'en avait sûrement rien à foutre de son image... Ou bien qu'il n'avait rien d'autre à se mettre. Mizu, lui, avec tout l'argent qu'il avait, ne se privait pas de s'acheter des tonnes et des tonnes de choses, assez iutiles, évidemment. Et il prêtait beaucoup d'importance à son apparence. Cela, non pas pour les autres, mais pour lui-même. Mizukare croisa bientôt de nouveau le regard de l'inconnu, et il commença donc à regarder les yeux de son vis-à-vis. Ils étaient froids, dénués d'un quelconque sentiment. Le garçon n'aimait pas ces yeux là. Il avait l'impression qu'il ne pouvait pas "lire" dans le regard de l'autre... Il ne pouvait pas connaître, ne serait-ce qu'une infime partie de sa personnalité...

Mizu continua de le regarder : il remarqua que le garçon tenait une guitare à la main. Guitariste? Hm... intéressant. Mizu aimait la musique, mais était incapable de jouer de la guitare. Il savait juste jouer du piano, enfin, seulement un peu. Ce n'était pas vraiment ce qui l'intéressait le plus, à vrai dire. Il préfèrait se consacrer totalement au sport.

Le jeune homme fut bientôt tiré de ses rêveries. Quelqu'un venait de l'interpelé. Il cligna des yeux, et vit que c'était l'inconnu qui venait de lui parler. Quoi? Serait-il autant intéressé par Mizu qu'il ne l'était par lui? Sûrement pas, il voulait peut-être simplement adresser la parole au garçon, car celui-ci devait sûrement lui faire pitié. Mizukare baissa les yeux au sol tout en riant doucement, comme une réponse aux paroles de l'inconnu. C'était ça son approche des gens? Assez amusant... Le jeune homme releva les yeux, puis s'avança vers le garçon qui avait été si familié avec lui. Au moins, ses paroles donnaient une occasion à Mizu d'aller vers lui, ça lui évitait de le faire entièrement par lui-même. C'est d'ailleurs ce qu'il fit : il prit ses valises en mains, et s'avança vers son interlocuteur. Arrivé à son niveau, il le regarda de nouveau, plus rapidement cette fois, constatant qu'il le dépassait d'une demi tête. Puis, il fit :


"C'est surtout si je ne trouve pas les dortoirs que je vais prendre racines... Vous semblez ne pas être nouveau, je me trompe? Donc vous connaissez sûrement le chemin... Ca vous dérangerais de me le montrer?"

Mizu serra les machoires. Son interlocuteur n'avait pas intérêt à lui refuser ette faveur. Ce serait un vrai affront pour lui. Il finit par doucement déserrer les dents, et essaya même d'afficher un sourire, plus ou moins convainquant, à l'intention de l'inconnu. Son visage ne s'était malgré tout pas adoucit pour autant... Peut-être qu'il le ferait au fur et à mesure. Mais Mizu ne pouvait pas être doux et sympathique avec les inconnus...

[Désolé, c'est trop nul >< Je ferrais mieux la prochaine fois!! =)]
Revenir en haut Aller en bas
Oshimuriwa Narra

avatar

Nombre de messages : 344
Age : 27
Âge du perso : 17 ans
Dortoir n° : 3 [ Musique - Guitare ] [ Mannequinat ]
Chambre : 3 - 0?, If you want to see me...
Date d'inscription : 05/11/2007

Feuille de personnage
Classe: Quatre
Côté coeur: Ma guitare...ma vie, mon insomnie...mon plaisir
Humeur: froide et distante...

MessageSujet: Re: Deux grosses valises en mains [PV]   Ven 28 Déc - 17:04

Narra était en train de regarder sa guitare et l'inconnu qui s'était enfin mis en activité. Le petit pantin bougeait, c'était bien il était en vie. Non ne pensait pas que c'est ce genre de penser qu'il a habituellement, mais bon. C'était un peu du genre à s'amuser de pas grand chose et là il faut avouer qu'il jouait un peu. il n'avait pourtant aucun sentiment ni même expression dans ses yeux. Cela pouvait troubler plus d'un de ne pas voir ce que le jeune homme avait en tête. Mais caché par un immense brouillard la moindre petite pensée, était devenu un jeu d'enfant maintenant. Il avait tout simplement pris cette mauvais habitude de mentir au monde entier. Il laissa alors un petit soupire traverser ses lèvres en même temps qu'il se remit à regarder le jeune homme devant lui. Est-ce qu'il comptait faire quelque chose? Peut-être bien, ce ne serait pas réellement étonnant. Il allait peut-être critiquer sa manière de lui avoir parlé. Mais il n'aurait pas prêté attention à ce qu'il racontait s'il n'avait pas été aussi familié et insultant. Il se rendait compte que d'une certaine manière il l'avait insulté, mais il devait bien agir d'une manière aussi sotte pour qu'on puisse voir quelque chose et peut-être qu'il prenne conscience que le monde ne tournait pas autour de lui et qu'il fallait qu'il demande de l'aide. C'était ainsi qu'était fait le monde, un monde qui n'attendait plus grand chose de tout ça mais qui pourtant on continuait chaque jour en espérant bêtement que demain sera meilleur. Il regarda donc ishii, est-ce que sa bouche aller s'ouvrir pour l'insulter comme il aurait du le faire, il n'en savait rien mais n'avait mêem pas la curiosité de réfléchir à ça. Il n'avait pas envie de se torturait l'espit avec des bêtises pareilles. Il eut alors un petit sourire en l'entendant. Bien sur il était microscopique et à peine visible à l'oeil nu. Mais bon, c'était quand même un sourire. Il ne se moquait pas, mais il n'était pas non plus amical. Peut-être un peu entre les deux si cela existevraiment.

"Triste destin que de devoir rester enfermé dans ce hall sans même être remarqué de ses futurs camarades..."


Il le regarda alors d'une manière simple, sans aucun changement à sa personnalité. Il était de toutes manières fidèle à lui même, et ça c'était tout simplement lui. Cette phrase était vrai en même temps que cruelle car il disait ouvertement qu'il était destiné à se faire ignorer de tous. Peut-être qu'à partir de cet instant il allait partir loin de lui et arrêter de se sentir humilier. Mais une chose était certaine avec Narra c'est qu'il ne prenait personne par pitié; C'était peut-être ce qui était bien en lui, il était franc et à cet instant il était bien conscient que l'autre était nouveau avant même qu'il ne le dise. Du fait qu'il l'avait regardé et encore plus sans un mot, il n'osait même pas aller demander de laide? C'était sûrement trop pour lui que de faire cet acte humain d'appel au secours. Mais le jeu commençait juste à être amusant dans ce cas, un petit jeu sans savoir trop pourquoi il avait envie de le faire avec cet inconnu, sans même savoir ce que cela lui permettrait de savoir et de s'occuper. Il laissa alors son regard se baisser et il se remit bien contre le mur. Devait-il ou non accepter de l'aider et lui dire par où il devait aller? La logique et la politesse aurait voulu qu'il le fasse. Mais non, il voulait voir qui était ce jeune homme, comme si c'était un challenge sans aucune conséquenc de toutes manières. Rire un peu même si ses lèvres et son visage ne laisserait comme tujours rien paraître. Lui, intérieurement par contre ça changerait tout. Mais il ne se moquait pas, non juste jouer comme un enfant qui a envie de jouer à la balle.

"Oui, je peux sûrement vous y conduire..."


Sûrement...il faut faire attention à tous les thermes qu'il emploi. Il se remit bien droit pour être face à lui et il s'approcha un peu. Un petit peu, pas grand chose avant de murmurer doucement

"Mais moi je souhaiterais quelque chose en échange!"


[ J'ai une superbe idée mais tu vas détester j'en suis sûre T.T et gomen du petit poste j'avais pas beaucoup d'idée..u_u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux grosses valises en mains [PV]   Ven 28 Déc - 18:29

[Arf, je m'attends au pire ><
T'inquiète, comparés aux miens, tes posts sont géniaux ;p]


Son vis-à-vis ne laissait décidément rien paraître! Ni joie, ni tristesse, ni contentement, si énervement, rien de tout ça. Il était neutre, et son regard était vide, froid. Mizu détestait ça, ça l'agaçait. Malheureusement, lui, il laissait paraître cet énervement, et l'inconnu avait sûrement du percevoir que le nouveau était agacé. Il s'en moquait sûrement, ou bien c'était le but de son manque d'expression. Quoi qu'il en soit, Mizu tenta de garder son calme au maximum, et essaya même de paraître assez... chaleureux, dirons-nous, pour ne pas que l'autre s'en aille sans l'aider. Ce serait tout de même le comble!! Se retrouver seul de nouveau, et devoir aller demander de l'aide à quelqu'un d'autre! Et dire que Mizu trouvait au départ, de loin, cet inconnu intéressant. Finalement, il le trouvait maintenant assez blasant.


A la suite des paroles de Mizu, l'inconnu répliqua, ce qui ajouta à l'agacement de Mizukare. Il était décidément réellement frustrant! Et même assez désemparant... Le jeune homme ne savait pas quoi dire pour répondre à ses paroles, alors que d'habitude il trouvait toujours quelque chose pour faire taire un interlocuteur énervant. Il ne savait d'ailleurs pas non plus quoi faire pour que cet inconnu change sa satanée attitude! Il voulait le voir sourire, ou le voir énervé, le voir triste, voir un air sarcastique, tout ou n'importe quoi, ça lui était égal, mais il voulait voir quelque chose sur ce visage. Le garçon finirait sûrement par perdre patience... c'était obligé...alors que cela ne faisait que deux minutes à peine qu'ils se parlaient. Mais après tout, c'était peut-être ce qu'attendait l'autre de lui. Alors il se devait de garder son calme, et de paraître le plus serein possible.

Après un court instant pendant lequel Mizukare ne cessa pas de regarder les yeux vides de l'inconnu, essayant inutilement de voir le moindre sentiment en lui, et de le comprendre, ne serait-ce qu'un peu, celui-ci reprit la parole, lui disant qu'il pouvait effectivement l'aider. Le garçon afficha un air de satisfaction, bien content que l'autre accepte de l'aider. Mais cet air soudain s'effaça aussi vite qu'il était venu : l'inconnu s'approcha de lui, rien qu'un peu, mais cela suffit à faire reculer Mizu, et il ajouta qu'il voulait quelque chose en échange. Quoi, son aide était-elle si précieuse que ça? Mizu serra les machoires. Qu'est-ce qu'il voulait au juste celui-là? Et pourquoi voulait-il quelque chose en échange? C'était complètement stupide, incensé; personne ne demandait quoi que ce soit en échange d'une quelconque aide... Mizu avait à présent un air décontenancé sur le visage, ne comprenant pas vraiment pourquoi l'autre lui disait ça. Il le trouvait vraiment curieux... Mais bon, il pourrait sûrement profité de ce que voulais l'autre en échange pour essayer de mieux le comprendre. Quoi qu'il en soit, à ce moment précis, Mizu n'avait pas vraiment réalisé que l'autre jouait à un jeux. Bien qu'il soit intélligent et tout à fait conscient que les plupart des gens qui l'entouraient étaient tordus, il ne pensait pas vraiment que l'autre s'amusait. Il pensait tout simplement qu'il était curieux, et qu'il avait un comportement différent des autres.

Bref. Mizu, toujours avec son air décontenancé, répondit:


"Et qu'est-ce que vous voulez en échange?"
Revenir en haut Aller en bas
Oshimuriwa Narra

avatar

Nombre de messages : 344
Age : 27
Âge du perso : 17 ans
Dortoir n° : 3 [ Musique - Guitare ] [ Mannequinat ]
Chambre : 3 - 0?, If you want to see me...
Date d'inscription : 05/11/2007

Feuille de personnage
Classe: Quatre
Côté coeur: Ma guitare...ma vie, mon insomnie...mon plaisir
Humeur: froide et distante...

MessageSujet: Re: Deux grosses valises en mains [PV]   Ven 28 Déc - 19:36

[ Rho bon d'accord je reviens à ma première idée X)
*pendant un instant j'ai voulu que l'échaange soit que Mizu accompagne Narra au bal, mais finalemet non, de toutes manières j'ai déjà dit que j'y allais pas mdr XD* ]

Narra le regarda reculer. il n'en fut même pas un tout petit peu déranger ce qui d'ailleurs devrait un minimum déranger le garçon en face de lui car rien ne le perturbé; C'était hallucinant, il avait une parfaite maîtrise de lui-même; Chose que le jeune devant lui devrait d'ailleurs apprendre car sur son visage on pouvait lire toutes les émotions qui passaient en lui et il y en avait une qui vivait en maître à cet instant c'était bien sur la colère. Il semblait enragé par tout ça, par ce qu'il lui faisait vivre. Pourtant, il ne faisait rien; il semblait juste un peu étrange, il semblait un peu décaller sur son temps; La preuve pour une demande d'aide on ne demande jamais quelque chose en échange et pourtant lui le fait. C'était plus drôle, plus passionant de faire ça que de donner le renseignement et de partir. Il avait de plus une envie folle de connaitre la voix du jeune homme quand il chantait. Peut-être que c'était un musicien lui aussi mais il n'avait pas d'étui alors il y avait peu de chance. Il regarda sa guitare et pris une partition qui avait un chant dessus. C'était un chant assez triste et mélancolique. Mais il tourna la page vers quelque chose de plus joyeux et animé. Cela semblait plus lui convenir. Il mit alors le papier dans les mains de Mizukare

"Chantez ce qu'il y a sur cette partition...La musique révéle plus de chose sur les gens qu'on ne pense..."


Il n'avait toujours pas de sourire, pas d'exprssion mais finalement intérieurement ça lui plaisait; Le point faible des gens était forcément quelque chose comme ça. Et puis il ne lui demandait pas la mort quand même. Il voulait juste l'écouter et ensuite il l'aiderait. Il se remit donc contre le mur en le regardant. Il était plutôt mignon, enfin il allait rapidement se faire abordé par un million de jeunes filles en furies. Dommage, enfin lui il aurait la chance d'avoir pu entendre sa voix si jamais il acceptait. Il devait prendre Narra pour un fou; Celui-ci se rappella alors une chose très importante. Pour savoir où il devait allait le conduire, il devait avoir quelques détails. Il demanda alors tranquillement.

"Au fait, il me faut votre dortoir...et votre nom ne sera pas de refus..."


Oui il parlait comme si Mizu lui avait demandé de dire son nom ou autre chose. Mais bien sur il n'avait rien dire. C'était juste lui qui tout seul faisait son dialogue. Pitoyable me direz-vous. Narra le regardait toujours comme ça sans vie, comme un pantin morne. Mais bien que ce visage soit simplement le sien, et que cette expression était la seule qu'il savait faire quand il n'était pas dans sa bulle il ne souhaitait pas que tout change d'un seul coup. il le regardait, finalement il avait bien envie de le connaitre. Mais comment connaître quelqu'un autre que par un jeu? Mais celui en face ne semblait pas voir que c'était un jeu. Savoir qui arrivera à déchiffrer le premier la personne en face. Déjà il avait noter un petit détail, c'était que ce jeune homme n'aimait pas être contrarié. Ce détail avait son importance pour parvenir à déchiffrer une personnalité car souvent cela voulait dire beaucoup de chose. Etait-il egoiste? Sur de soi? Présomptueux? Plein de supposition s'offrait au jeune homme qui désirait pour l'une des rares fois de sa vie rencontrer quelqu'un et enfin peut-être arriver à ce lier d'un lien de connaissance. Oui on dit normalement lien d'amitié, mais il se doute qu'il ne parviendra pas à devenir son ami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux grosses valises en mains [PV]   Ven 28 Déc - 20:17

[^^]

Mizu attendait une réponse de la part de son interlocuteur. On aurait pu pensé qu'il essayait de s'imaginer quel serait l'échange, mais à vrai dire, il n'y pensait pas trop, car il était toujours absorbé par la recherche de la moindre expression sur le visage de l'autre. Ok, c'était perdu d'avance, il le savait très bien, mais c'était tellement frustrant d'être face à quelqu'un dont on ne peut même pas saisir le caractère, qu'il ne pouvait s'empêcher de le fixer... Il avait toujours eut l'habitude de tout lire dans le regard des autres, et lui, au contraire, d'être fermé, mais là, les rôles s'inversaient, à cet instant même, toutes les émotions de Mizu se lisaient clairement sur son visage, dans ses traits, tandis qu'il était impossible de lire celles de son interlocuteur.

Finalement, après un instant, l'inconnu prit une chose qui semblait apparement être une partition, et la tendit, après avoir tourné une page, à Mizu. Très étonné, le garçon prit malgré tout ce qui l'autre lui tendait. C'était bel et bien une partition. Il la regarda avec attention. Il se demanda pendant un instant ce qu'il voulait de lui. Il voulait qu'il joue? Qu'il chante? Mizu ne savait pas jouer de la guitare... juste du piano. Et, niveau chant, il était assez doué, mais ne supportait pas chanter ne serait-ce que devant une seule personne, encore plus devant un inconnu! Avoir des gens autour de lui lui coupait le souffle dans ces moments là, et il ne supportait pas ça, car c'était un autre signe de faiblesse. Malheureusement pour ce cher Mizu, ce fut ce que lui demanda son interlocuteur. Il grimaça. Il lui paraissait décidément de plus en plus tordu! Quoi qu'il en soit, il ne chanterait pas. A ce moment là, autant partir et aller demander de l'aide à quelqu'un d'autre. Mais, en même temps, en refusant ce "pseudo-défi", il se montrait faible et en quelque sorte trouillard...

Mizu se racla la gorge discrètement, et releva son regard interrogatif vers l'autre. C'était, pour lui, un gros dilème. Faire le choix entre se ridiculiser à chanter une chanson dont il ne connaissait même pas l'air, malgré sa belle voix, ou aller demander de l'aide à un de ces gamins niais. Il n'eut pas le temps de plus réfléchir, car son interlocuteur lui demanda son dortoir. Mizu se rappela avoir lu, sur la lettre que lui avait envoyé l'établissement, qu'il était dans le dortoir 2-06... Hm, il y avait quelque chose qui clochait là dedans. Comment se faisait-il qu'il était dans le dortoir 2-06 alors qu'il était censé être dans la section art...? Sûrement une erreur de la part de l'administration. Ou bien encore un de ces plans stratégiques de ses parents. Il préfèrerait que ce soit une erreur. En effet, si ses parents l'avaient mis dans la section sport alors qu'il voulait aller dans la section art, cela le mettrait hors de lui. Mais cela ne l'étonnerait pas pour autant. Ses parents étaient comme ça, à faire de mauvais coups aux dépends des autres. Bref, quoi qu'il en soit, il fit :


"Hm... je pense être dans le dortoir 2-06."

Il attendit un instant, sans lui dire son nom. L'autre ne lui paraissant que peu sympathique à présent, malgré le fait qu'il ait accepté de l'aider. Il se mit à penser qu'il vaudrait peut-être mieux qu'il ne connaisse pas son nom. D'ailleurs, à quoi cela lui servirait-il? Il était là pour l'aider, pas pour faire connaissance! Mais, malgré tout, le garçon continua :

"Je suis Ishii Mizukare."

Il avait l'habitude de demander aux autres de l'appeller "Mizu", car c'était plus simple, et qu'il préfèrait, mais il ne voulait pas que cet inconnu complèxe l'appelle de façon familière!
Revenir en haut Aller en bas
Oshimuriwa Narra

avatar

Nombre de messages : 344
Age : 27
Âge du perso : 17 ans
Dortoir n° : 3 [ Musique - Guitare ] [ Mannequinat ]
Chambre : 3 - 0?, If you want to see me...
Date d'inscription : 05/11/2007

Feuille de personnage
Classe: Quatre
Côté coeur: Ma guitare...ma vie, mon insomnie...mon plaisir
Humeur: froide et distante...

MessageSujet: Re: Deux grosses valises en mains [PV]   Sam 29 Déc - 12:02

Narra regarda le jeune homme sans sourire ou sans rien du tout d'ailleurs continuant de l'énnerver ainsi. Il le trouvait si facile à embêter s'il suffisait juste de cacher ce qu'on ressent pour le mettre en rogne et nous laisser voir tout ce qu'il pense. Enfin, tout le monde n'était pas bon comédiens, on pouvait déjà enlever ça de son caractère. Il doit avoir un mal fou quand il souhaite mentir, c'est même certain toutes ses émotions passent les une après les autres sur ce fin visage. Il ne se rendait même pas compte qu'il pouvait le mettre mal à l'aise. Non Narra était bien trop maladroit pour s'apercevoir de ce genre de chose. Pour lui il était juste en train de taper la conversation sans rien d'autre et qu'il n'y avait même pas la moindre possibilité pour qu'il puisse le prendre mal. En même temps mise à part au début où il avait pu l'insulté par sa familiarité il n'était pas méchant avec lui. Il s'amusait comme beaucoup de jeunes gens dans ce pays avait envie de faire. Il ne voyait pas le mal de son action et au pire, même s'il l'avait vu il doutait qu'il aurait changer la moindre petite chose. Après tout, chaqu'un sa vie. Tout le monde a ses problèmes il ne va pas chercher plus loin! Il se disait qu'il allait peut-être chanter, il avait en tout cas l'air de vraiment hésiter. Peut-être avait-il honte ? Mais c'est étrange il avait l'air d'avoir l'oreille musical. Peut-être que Narra s'était finalement tromper, il avait essayé de voir par la caractère mais peut-être que ce n'était qu'un de ces gros balourd de sport. Narra aimait bien les sportif, enfin ça dépendait le sport. Il préférait de loin les nageurs, allons nous demander pourquoi...il soupira alors attendant devoir encore un peu s'il allait enfin oser chanter devant tout le monde du hall.

C'est alors qu'une phrase fit légèrement sursauter le jeune musicien. Il le regarda alors un petit instant en arrêt sur image. Bien sur son visage ne laissait pas voir ce qu'il pensait, mais on pouvait facilement voir son petit arrêt sur image. Il ne s'attendait vraiment pas à voir un sportif devant lui. Non, même pire que ça il était persuadé que c'était un musicien ou un artiste et qu'il saurait trouver facilement le rythme et tout ce qu'il faut pour voir les sentiments de la partition. Il se sentit alors légèrement bête. Il reprit la partition et la rangea. Ce n'était pas la peine de chercher il ne la lira sûement pas. Peut-être qu'il connaissait son solfège mais il ne devait pas avoir assez de pratique pour comprendre tout les accord et tout ça; il ne disait pas qu'il était impossible qu'il s'y connaisse, mais cela lui semblait presque improbable. De toutes manières s'il s'y connaissait n'aurait-il pas chanter sans réfléchir ou demandé la guitare pour voir? Il y avait les tablatures en dessous des notes normales et tout. Il faisait ça comme un pro on va dire. Il rangea donc les feuilles dans une pochette et il la remis dans la poche de son étui à guitare. C'était dommage, mais il n'y pouvait véritablement rien. C'était ainsi que le monde était fait. Il dit alors à Mizukare sans poour autant sourire mais il s'inclina pour s'excuser tout de même. Il avait du être offensant de demander ça alors qu'il ne savait pas jouer; Enfin, voilà l'interprétation du jeune guitariste.


« Vous n'êtes pas du dortoir 3...Au pardon pour ce que j'ai demandé dans ce cas...Je ne pensais pas que vous étiez un sportif, et comme vous sembliez bien aimer la musique je voulais un peu savoir comment vous interprétiez ces paroles... »


Interprétez...C'était le mot qu'il fallait vraiment souligner car c'était la chose la plus importante. Il avez besoin de voir comment des gens comprenait sa musique surtout que le thème de son devoir de musique n'était pas des plus simples. On lui donnait une phrase, il devait comprendre le sens et faire une musique à partir de celle-ci. Mais il n'était jamais sur de lui au point de bien savoir comment il devait jouer. D'après son professeur il joue très bien de la guitare mais il manque encore quelque chose à sa musique. Déjà qu'il est l'un de rares à réellement composer, mais en plus de ça il le fait sans même réfléchir. Mais il manque le truc qui fait que ses sons deviennent quelque chose d'harmonieux. Peut-être que c'est la voix, bien que son ton de voix soit assez bien il n'est pas parfait. C'est pour cela qu'il cherche un peu un jeune chanteur, pour se rendre compte de comment améliorer les paroles pour en devenir quelque chose de captivant et que tous les jeunes veulent s'arracher dès la sortie dans les bacs.

« C'est un devoirs que je dois rendre demain...donc excusez moi...En plus vous savez selon moi on parvient toujours à deceler les sentiments sans même qu'ils soient sur un visage grâce à la musique...Il suffit de savoir lire... »


Il haussa alors les épaules. Il cherchera ailleurs. Il fit enfin un pas vers la sortit pour le conduire aux dortoirs pour qu'il pose ses valises. Ils étaient un tout petit peu plus loin et on y accedait par un autre escalier que le principal. Mais bon, ce n'était pas grave. Il ne le regarda plus et puis il se retourna avant de dire tranquillement.


« Au fait je suis Oshimuriwa Narra. Venez c'est par là les dortoirs... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux grosses valises en mains [PV]   Sam 29 Déc - 15:30

Finalement, après les paroles de Mizukare, l'autre reprit ses feuilles et les rangea soigneusement dans son étui. Mizu ne comprenait pas vraiment, mais au moins, ça lui évitait de chanter... Son vis-à-vis se mit de nouveau à lui parler, s'excusant de lui avoir demandé de chanter alors qu'il était sportif. Mizu ouvrit de grand yeux. Non non non, il n'était pas sportif >< Enfin, il était persuadé d'être ici pour la photographie et non pour le sport. Quoi qu'il en soit, qu'il soit ici pour le sport ou pour la photographie, ce qui était sûr était qu'il n'était pas chanteur [HJ: paradoxal]...

Le garçon avait posé ses valises aux sol, et, ayant les mains libres, il les fourra dans ses poches, tout en écoutant la suite des paroles de l'autre. "Il suffit de savoir lire...". Ouai, ben d'habitude Mizu n'avait aucune difficulté à le faire... Mais là, c'était différent.
Curieusement, l'inconnu lui parlait sur un ton calme, et même de plus en plus poli à présent. A vrai dire, il n'avait pas été réellement malpoli jusque là, mais Mizu faisait toute une histoire, intérieurement, du fait qu'il ne paraissait pas du tout avenant et chaleureux, alors qu'il n'y avait pas vraiment de raison d'être énervé ou agacé. Il était comme ça, il ne supportait pas qu'on paraisse détâché et différent, alors que lui même l'était.

Après un instant de silence, le garçon haussa les épaules, puis commença à bouger. Mizukare en conclut qu'il allait lui montrer où se trouvaient les dortoirs. Finalement, il s'en sortait plutôt bien : le garçon voulait bien l'aider, et il n'avait en réalité rien eut à faire en échange.
Le jeune homme, toujours en silence, sortit ses mains de ses poches et saisit ses deux grosses valises, pour le suivre. En cours de route, l'autre se présenta à son tour, disant qu'il s'appelait Oshimuriwa Narra. Mizu savait dors et déjà qu'il ne l'appellerait pas par son prénom, il n'en avait pas envie... Enfin, il verrait bien. Si Oshimuriwa, après un moment passé en sa compagnie, paraissait plus agréable qu'à ce moment précis, Mizu se détendrait peut-être, et l'appelerait alors sûrement par son prénom. En attendant ce moment, Mizukare continuerait de le vouvoyer, de l'appeler par son nom, et de rester le plus distant possible.

Tout en marchant, le jeune homme repensa à ce que Oshimuriwa lui avait dit. Mizukare voulait que l'autre sâche qu'il n'était pas dans la section sportive... peut-être parce qu'il avait envie qu'il ait une autre image de lui que celle d'un sportif sans cervelle et incapable d'apprécier tout ce qui concerne l'art... Alors il fit, sans détourner le regard vers son interlocuteur :


"Au fait, je ne suis pas dans la section sportive... Il a du y avoir une erreur dans l'administration ou je ne sais quoi, mais en tout cas, je ne suis pas, et ne veux pas être, dans la section sportive."

Il était sur le point d'ajouter "malgré le fait que j'aime ça"... mais il jugea assez inutile de le préciser. Après un moment pendant lequel il resta silencieux à réfléchir, il ajouta tout de même qu'il était photographe.

[Gomen, c'est tout pitit ><]
Revenir en haut Aller en bas
Oshimuriwa Narra

avatar

Nombre de messages : 344
Age : 27
Âge du perso : 17 ans
Dortoir n° : 3 [ Musique - Guitare ] [ Mannequinat ]
Chambre : 3 - 0?, If you want to see me...
Date d'inscription : 05/11/2007

Feuille de personnage
Classe: Quatre
Côté coeur: Ma guitare...ma vie, mon insomnie...mon plaisir
Humeur: froide et distante...

MessageSujet: Re: Deux grosses valises en mains [PV]   Dim 30 Déc - 12:03

Narra marchait tranquillement sans rien dire, de toutes manières, il devait juste le coduire à sa chambre et ensuite c'était fini. Il n'aurait pas besoin de réfléchir à un sujet de conversation, ce n'était pas comme s'ils voulaient tous les deux devenir ami. De toutes façons qui voudraient être ami avec Narra et encore plus le connaître? Il était ici depuis un long moment quand même et il n'avait jamais vu personne vraiment chercher à savoir pourquoi il était ainsi. Pourtant c'était si bête, il suffisait de lire ses partition pour comprendre. Il marchait encore et encore quand enfin la voix de celui qu'il guidait parvint de nouveau à ses oreilles; il le regarda alors légèrement, du coin de l'oeil. Pourquoi lui disait-il cela? Peut-être pour qu'il n'est pas l'image qu'il a en général des sportifs, mais une chose est sûre pas tous els sportifs sont sans cervelle. En effet, s'ils l'étaient tous pourquoi voudrait-il tellement revoir son jeune nageur qui l'avait sauvé? Il n'avait pas de motivation, sauf cele de pouvoir être de nouveau face à lui et lui parler. Mais parler à un nageur n'avait rien d'extraordinaire. Il n'était pas bête, c'était l'un des rares qui avait apprécié samusique de toutes manières. Il ne souriait pas à cette pensée, evidemment son visage ne bougeant pas. Mais c'était à l'intérieur, sous cette couche inexpressive qu'il y avait un tourment d'interrogation et de douceur. Après tout le jeune guitariste n'était pas du tout méchant, même très loin de là. Il avait juste quelque chsoe que beaucoup n'avait pas. Et il l'exploiter cette capacité à masquer. Il se demandait si son vis à vis n'était pas un peu mal à l'aise par rapport à ça. Ou était-ce par le fait que d'ordinaire c'est lui qui était ainsi. Il pouvait le dire car il avait remarqué que quand il l'avait interpellé on ne voyait pas de sentiment dsur son visage. C'est depuis qu'il lui parlait que tout était visible.

Il avait l'impression que le fait que Mizu lui parle devait être une torture pour celui-ci. Pourquoi donc? Il n'était pas si méchant que ça. Il dit alors avec sa voix neutre, toujours aussi possé, car evidemment il n'avait pas l'intention de s'ennerver pour quoique ce soit. Chez lui, il était rare de s'énnerver sauf lorsqu'on touchait à sa guitare ou à sa peluche. C'est à cet instant qu'il perdait complètement le controlede lui-même. C'est à ces moment là que le calme apparent et inquiètant de son visage se transforme. Mais pour le moment rien de tel ne c'était produit, alors ne parlons pas de malheur. Narra n'avait rien à lui reprocher et donc il s'en fichait un peu.


« Vous avez du mal choisir votre option dans ce cas, les photographes sont normalement dans le dortoir trois. Je le sais vu que mon colocataire est un photographe. Vous devriez aller voir la directrice si vous souhaitez changer tout de suite l'option... »


Il avait dit ça comme ça; Après si ça le gênait pas tellement, il n'aurait rien ajouté; mais il ne pouvait pas savoir qu'en réalité le jeune homme se plaisait à être aussid ans les sports. Il n'avait aps une image trop négative, mais quand même un peu. Les photographes? C'était pareil, il n'aimait que les musiciens en fait; Non, même pas réellement, il n'aimait personne de sa classe de musique, il n'avait pas encore trouvé quelqu'un pour lire cette partition. Il travaillerait donc dessus pendant que les autres feront autre chose. Il ne suivait pas les coours de manière très bien. Le professeur l'avait même déjà réprimandé à ce sujet. Il était là dans la salle avec sa guitare et il attendait ne jouant pas les partition des autres. Pourquoi? Car il ne souhaite pas être un plagieur, il veut apprendre les bases, tut ce dont on a besoin pour faireun beau morceau de musique. Mais en aucun cas il ne veut jouer quelque chose d'un autre. Ils arrivèrent enfin au dortoir et il dit en ouvrant la porte de celui-ci.

« Excusez moi, mais si je ne m'abuse, vous ne supportez pas ma présence. Si cela vous gêne autant après vous avoir montré votre chambre comme convenu, je disparaitrais pour ne plus avoir à vous déranger... »


Il leva alors les yeux vers lui. Ils n'étaient ni de haine ni d'amour en fait juste vide. Comme si ce qu'il disait n'avait pas de sens. Mais il avait réellement cette impression; peut-être qu'il se trompait, mais il y avait peu de chance. Il avait de toutes manières l'habitudes qu'on lui dise de disparaître et il ne lui fallait pas beaucoup de temps pour partir et se trouvait un coin tranquille où il pourra jouer. Pourtant finalement, ce jeune homme, il était curieux. Il aurait bien aimé l'entendre chanter ou encore qu'il lui demande pour cette partition et qu'il donne son avis. Il était persuadé qu'il avait un côté musical développer en lui. Mais il ne le dirait pas, cela ne se faisait pas.


[ Je trouve pas qu'ils soient petits, en plus ils sont de bonnes qualités ^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux grosses valises en mains [PV]   Dim 30 Déc - 15:42

Le garçon suivait toujours son guide [^^'']. Lorsqu'il lui expliqua qu'il n'était pas, en théorie, dans la section sport mais art, l'autre lui répondit qu'il avait du se trompé de section à l'inscription, car les photographes étaient bel et bien dans la section trois. Oshimuriwa lui dit alors que si il voulait changer de section, il faudrait qu'il demande à la directrice. Mizu baissa les yeux au sol. De toute façon, ça semblait sûr maintenant que c'était ses parents qui avaient fait ça. Mais il irait malgré tout voir l'administration pour en être sûr. A vrai dire, il se doutait que ses parents avaient fait en sorte qu'aucun changement ne soit possible. Dans ce cas, Mizukare devrait se débrouillé seul : aller aux cours de sport... mais en dehors de ça, essayer de s'améliorer en photographie.

Il avait toujours les yeux baisser au sol, et continuait à réfléchir silencieusement. Mais bientôt, ils arrivèrent à son dortoir. Il releva donc son regard sur la porte qui s'ouvrait, et écouta Oshimuriwa parler. Le garçon avait parfaitement compris ce que pensait Mizu... Mais il avait apparement loupé une étape, peut-être parce que pendant le "voyage" il ne le regardait pas, car Mizu le trouvait déjà plus agréable. C'était probablement dû au fait qu'Oshimuriwa lui parlait de façon moins familière qu'au début, il n'en savait trop rien... A présent, il n'avait pas trop envie qu'il parte, mais pas non plus envie qu'il reste. Bref...
Reprenant son air détâché et désintéressé, il fit tout de même :

"Ce n'est pas vraiment dans mes habitudes de mettre qui que ce soit à la porte, et, contrairement à ce que vous pouvez vous imaginer, votre présence ne m'insupporte pas."

A la suite de ses paroles, il entra doucement dans sa chambre, juste pour pouvoir voir rapidement ce qui se trouvait à l'intérieur de celle-ci. Finalement, reposant son regard sur Oshimuriwa, il ajouta :

"Ca ne me dérange pas que vous restiez. Au contraire"

Bon, ce qu'il disait n'était pas totalement vrai, mais pas totalement faux non plus... A vrai dire, en disant cela, il voulait surtout que l'autre comprenne que Mizukare était du genre à garder ce qu'il y avait de bon en les personnes qu'il recontrait, et à faire abstraction du reste, afin de pouvoir les apprécier comme il se doit, et de pouvoir peut-être apprendre à les connaître un peu mieux... Ca ne marchait pas toujours, mais, à ce moment même, Mizukare pouvait bien fait un petit effort, même si ce n'est que parce que l'autre était complèxe et qu'il avait envie de le comprendre mieux.
Après quelques secondes de réflexion, Mizu finit par ajouter :

"Mais, si vous voulez entrer, il va me falloir un sourire en échange... Sinon, vous pouvez partir. Mais ça m'étonnerait que ça vous défigure de sourire... Donc, ce que je vous demande n'est presque rien, n'est-ce pas?"

Mizukare devait avoir l'air con à demander ça, mais il voulait absolument le voir sourire au moins une fois. Ca le remplirait sûrement de satisfaction. Pas parce qu'il serait fier de lui d'avoir réussit à le faire sourire, mais parce qu'il serait sûr que l'autre était bien humain u_u C'est stupide, en effet... Et Mizu en était bien conscient, mais honnêtement, il s'en tapait pas mal. Seul lui importait que l'autre fasse ce qu'il avait dit. Et si il ne voulait pas... ben, tant pis, Mizu ne pouvait forcer personne à sourire.

Il resta donc ainsi, près de la porte, posant parfois son regard sur son interlocuteur, et parfois sur la pièce qui se trouvait derrière lui. En attendant qu'Oshimuriwa réponde, Mizu avait bien le temps de l'examiner un peu. Elle semblait bien différente de la chambre qu'il avait lorsqu'il était encore dans l'appartement de ses parents. Ca le réjouissait un peu, car il préfèrait ne pas s'en souvenir...
Revenir en haut Aller en bas
Oshimuriwa Narra

avatar

Nombre de messages : 344
Age : 27
Âge du perso : 17 ans
Dortoir n° : 3 [ Musique - Guitare ] [ Mannequinat ]
Chambre : 3 - 0?, If you want to see me...
Date d'inscription : 05/11/2007

Feuille de personnage
Classe: Quatre
Côté coeur: Ma guitare...ma vie, mon insomnie...mon plaisir
Humeur: froide et distante...

MessageSujet: Re: Deux grosses valises en mains [PV]   Lun 31 Déc - 13:55

Il le rgardait encore. Ce garçon semblait assez paradoxal en fin de compte, la réticence qu'il avait envers lui était grande, cela se voyait à des années lumières qu'il ne pouvait pas le cadrer. Alors que sincèrement il faut dire ce qu'il a fait de mal depuis le début. Bon d'accord, à leurs rencontre il l'a abordé un peu brusquement avec des phrases comme s'ils étaient de vieilles connaissances; Mais il fallait bien qu'il ravale de temps à autre sa fierté ce jeune homme, sinon il ne pourrait jamais s'en sortir. Cela se voyait qu'il était fier, sûrement parce qu'il était riche? Enfin ça c'est Narra qui le supposait. Il n'avait pas une excellente image des riche. Comment ça vous l'aviez deviné? Il avait toujours ce sentiment qu'ils étaient persuadés que le monde leur appartenait grâce à leur argent; Enfin, lui n'avait jamais eu un centime et pourtant depuis tou ce temps il c'était superbement habitué à la vie normale. Il était à la porte du dortoirs avant d'entrer ans le couloir; il n'y avait vraiment rien d'exceptionnel, il était identique au sien. Sincèrement, c'était un peu débile de séparer les élèves comme ça à cause de leurs options. Il n'en voyait pas l'intérêt. L'autre jeune homme n'était pas dans le bon dortoir? Grand bien lui fasse, sincèrement qu'est-ce que ça changerait pour lui de savoir ça? Bon d'accord, il avait été rapide à dire que ce n'était sans aucun intérêt. Il soupira alors légèrement avant de s'avancer.

Le garçon en face de lui parlait maintenant de ses habitudes? C'était sympa mais un peu sans aucune importance. Enfin, si ça lui faisait plaisir de dire qu'il était plus poli que ne pouvait l'imaginer Narra. Mais Narra n'était pas grossier non plus, il n'aimait juste pas imposé sa présence qui déranger les gens. Il laissa alors un nouveau passer ses lèvres. Il aurait bien voulut apprendre à le connaitrecar il semblait bien différent de ce que les autres jeunes gens d'ici pouvait être. Mais n'était-ce pas qu'une illusion finalement? N'était-ce pas lui qui croyait tout simplement que les gens n'étaient ou étaient comme ça sans même leurs laisser une chance. Non, personne n'avait de seconde chance, il fallait se réveiller. Il fallait regarder la vérité en face telle qu'elle était sans même cherché à aller voir ailleurs si c'était possible de se tromper. L'erreur ne fait pas parti de notre vocabulaire; C'est bien ce qu'on nous apprend ici. Il regarda alors le jeune garçon sans même chercher plus loin, son regard, son visage, toujours aussi impassible. Il serait jusqu'au bout imperturbable quoiqu'il arrive; C'est alors qu'il lui demanda de sourire. Le regard, rien ne changea alors que beaucoup aurait pu être stupéfait et moqueur d'une telle demande; Le problème c'est qu'il était face à quelqu'un qui ne souriait jamais. Sourire, expression de bonheur totalement inutile à ses yeux.


« Désolé de vous dire ça comme ça. Mais je ne sais pas sourire... quoique... j'ai une idée... »


Il venait juste de se rendre comtpe qu'il avait bien un moyen pour lui de montrer un visage heureux. Il enleva sa guitare de son dos et il la posa par terre. Il ouvrit doucement l'etui et il sortit son instrument sans même sortir de partition. Il s'asseya alors sur le sol, car ce n'était pas facile de jouer debout, et il détestait tout simplement ça. Surtout qu'il n'allait pas jouer un morceau très triste ou entrainant. Non, juste son morceau préféré qu'il avait composé lui même. C'était un des rares morceaux qu'il avait fait avec envie sans qu'on lui demande et il l'avait fait avec un tel délice qu'on pouvait tout simplement être surpris. Il commença donc à passait ses doigts le long des cordes pour vérifier que tout était bien accordé; Une fois cela fait il toussota un peu. Oui, il vallait mieux qu'il prépare sa voix comme toujours. Il ferma doucement les yeux son monde. Oui, c'était là qu'il allait aller sans même réfléchir plus longtemps à tout ça. Il voulait le voir sourre, il allait devoir regarder son visage lorsqu'il jouait. C'était la seule méthode, une méthode bien étrange mais au moins une chose serait sûre le sourire ne serait pas forcé mais bien sincère. Il ne voulait quand même pas un faux sourire?

« Quand le ciel semble nous abandonner...
Que les étoiles disparaissent une à une...
On ne se sent qu'abandonné...
C'est alors que nos yeux s'ouvrent, la joie, le bonheur, tout semble si parfait...
Le rêve ne nous appartient plus... »


Les paroles étaient douce, et son ton de voix aussi. Il avait en chantant sourit plus 'une fis laissant les sons de sa guitare tout simplement se prendre avec. Il finit enfin par rouvrit les yeux en même temps qu'il jouait les dernières notes et il rangea sa guitare pour le regarder...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux grosses valises en mains [PV]   Lun 31 Déc - 14:35

Mizu et Oshimuriwa se regardèrent pendant un moment, en silence. Maintenant, Mizu s'était un peu calmé, il n'était plus vraiment énervé, et donc ses traits n'étaient plus tirés, son visage s'était juste un peu radoucit. L'autre gardait toujours le même air, et Mizu ne comprenait réellement pas comment il lui était possible de rester impassible ainsi. Le pire était qu'il n'avait même pas l'air de faire d'efforts pour rester comme ça, cela semblait être naturel. Le garçon ne trouvait pas ça normal... Finalement, Oshimuriwa lui répondit enfin qu'il était incapable de sourire. Hun?! Est-ce que ce genre de chose était possible au moins? Mizu en doutait très fortement. Il avait bien dû lui arrivé au moins une fois dans sa vie de sourire, et, à ce moment là, ça voudrait dire qu'il était capable de le faire. Mizu releva un peu plus la tête lorsque l'autre continua à parler. Il avait une idée? Ben au moins, si cela lui permettait de sourire, ça satisferait sûrement Mizu.

Après être rester sans bouger pendant un moment, Oshimuriwa se mit en mouvement de nouveau, prenant son étui. Il l'ouvrit et en sortit sa guitare. Il allait sûrement lui jouer un morceau. C'était peut-être ça sa façon de sourire. Mizu savait à quel point faire une chose qu'on aime par dessus tout pouvait nous rendre heureux, et c'était sûrement pour cela que l'autre voulait jouer de la guitare, car ce n'était peut-être qu'en jouant qu'il était capable d'avoir des émotions, et donc par conséquant de sourire. Le jeune homme le regarda s'assoir sur le sol. Il passa ses doigts sur les cordes, puis il toussota un peu, probablement pour préparer sa voix. Enfin, il ferma les yeux et commença à jouer. Mizu savait qu'avec un instrument, on pouvait vite être importer, et jouer de façon tout à fait naturelle, sans sentir les cordes -et en l'occurence les touches, pour Mizu- de l'instrument. Le garçon compris que c'était le cas pour Oshimuriwa, il jouait sans se poser de questions, sans chercher les bonnes cordes ni les bonnes cases, sans fausses notes, ce qui rendait le morceau encore plus agréable à écouter, s'approchant presque de la perfection.

Mizukare n'avait jamais été capable de lire des partitions, sauf peut-être les plus simples. Lorsqu'il jouait du piano, il se contentait de le faire à l'oreille, il ne savait pas faire autrement. De toute façon, il avait toujours considéré que c'était plus plaisant de jouer par soi-même, sans s'encombrer de partitions, de jouer simplement en sentant les notes, et en profitant au maximum de la mélodie que cela produisait.

Le garçon regardait alternativement le visage de son vis-à-vis et ses mains, tout en pensant que la guitare devait être un instrument bien complèxe... Lui, il avait toujours considéré que le piano était un instrument simple, et qu'il n'aurait jamais été capable de jouer de la guitare. Il avait pourtant déjà essayer, mais se contentait des plus simples morceaux, car il ne savait pas jouer les plus compliqués.
Bientôt, il s'accroupit près du garçon qui continuait de jouer, et qui, depuis le début de son morceau, ne cessait de faire des sourires. C'était déjà beaucoup plus agréable à voir qu'un visage froid et inchangeant. De plus, cela se sentait bien que c'était des sourires sincères, ce qui faisait d'autant plus plaisir à voir. Mizu se mit à son tour à sourire, réellement content de voir l'autre joyeux -mais, enfin, il n'était pas certain que ces sourires étaient dûs à la joie, il ne pouvait pas savoir-

Ca paraissait tout de même assez bizarre de le voir ainsi. Depuis le début, il ne l'avait pas vu sourire. Et même si il ne le connaissait que depuis une dizaine de minutes, il savait parfaitement qu'il devait être le même avec tout le monde, qu'il devait être une personne froide et imperturbable, comme entourée d'une grosse carapace protectrice. Maintenant que son visage était ainsi, plus chaleureux, moins tiraillé, on avait l'impression de voir une autre personne. Comme si le garçon devenait quelqu'un d'autre au moment de jouer de cet instrument.
On avait l'impression que son sourire était extrémement précieux, et qu'il aurait fallu faire un arrêt sur image pour pouvoir faire en sorte qu'il reste toujours sur ses lèvres, ou bien le capturer pour qu'il puisse toujours rester "en vie", et que ce ne soit plus un sourire éphémère.

Son visage avait changé, mais pas seulement. Sa voix aussi s'était adoucie. Non pas qu'elle était dure ou triste au départ, non, juste qu'elle était "plate", sans timbre particulier. Maintenant, en l'entendant chanter, et même si sa voix était assez faible, il voyait malgré tout qu'elle était belle, qu'elle était harmonieuse. Et d'ailleurs, cela lui donnait la chaire de poule. A vrai dire, Mizu l'avait toujours quand il écoutait un morceau, mais encore plus quand celui-ci était jouer devant lui.
En gros, Mizu considérait que son vis-à-vis avait tout pour être un bon artiste.

Le garçon continua de jouer pendant encore un moment, ce qui rendait Mizu réellement ravie. Il n'appréciait sûrement pas la musique comme Oshimuriwa le faisait, mais au moins, il savait l'apprécier à sa façon, et essayait de profiter au maximum de ce moment qui, il le savait bien, finirait pas se terminer à un moment ou à un autre, laissant de nouveau place à l'"Oshimuriwa impassible et détâché", l'"Oshimuriwa imperturbable et neutre".

Finalement, comme pour en profiter un peu plus, et ayant maintenant eut ce qu'il voulait, Mizu ferma doucement les yeux, et écouta Oshimuriwa jouer, toujours en gardant ce sourire plein de douceur sur les lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Deux grosses valises en mains [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Deux grosses valises en mains [PV]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nain et armes a deux mains
» Fiche Technique de Danaël Ashlott [Ange ou démon ? Pourquoi pas les deux]
» Chez Eäràr, maître d'arme.
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ohsaka Gakuen :: Hors-jeux :: Corbeille :: Anciens RPs - V1-
Sauter vers: