Ohsaka Gakuen


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Réfugié (PV Narra)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Réfugié (PV Narra)   Mar 1 Jan - 17:44

Après cette légère altercation avec le nouveau venu, qui n'était d'ailleurs pour Jun ni plus ni moins qu'une façon élégante de lui souhaiter la bienvenue dans cette merveilleuse prison dorée, le jeune antisocial de service alla trouver refuge dans la salle d'art, un livre d'Antigone avec lui. Pourquoi spécifiquement ce lieu? C'était le seul de tout l'établissement ou il se sentait un peu au calme, et presque naturel. Ici, comme il y était seul la plupart du temps, il n'avait pas besoin de jouer un rôle.
Paradoxal me direz vous, étant donné qu'il n'allait dans cette salle généralement que pour jouer d'autres rôles. Mais justement... Il n'y avait que quand il jouait qu'il se sentait lui même. Le reste du temps, il était cette image si confortable qu'il avait su donner aux autres. Un jeune Adonis froid et aussi méprisant que méprisable. Pratique quand on voulait la paix et une montagne de filles à ses pieds, moins quand on avait simplement besoin d'avoir des conversations profondes et sincères. Mais bon, il partait depuis la mort de sa sœur du principe que les humains n'étaient de toute façon pas capable d'une quelconque profondeur d'esprit. Donc autant éviter les faux espoirs d'emblée et considérer les autres comme les simples marches de son ascension vers une gloire écœurante et aussi terne que la vie qu'il menait ici.

Il rentra donc dans la salle. Vide. Normal, les élèves étaient entrain de rentrer et la plupart ne connaissaient même pas encore la localisation de la pièce. Prenant le parti de ne pas attirer son attention, il n'alluma aucune lampe et s'avança calmement vers un rebord de fenêtre. Il ouvrit la vitre, s'installa confortablement sur le rebord et alluma une cigarette tandis qu'il ouvrait son livre. Celui là comme la plupart des autres, il l'avait déjà lu au moins deux fois. Mais bon, comme il voulait essayer de proposer cette pièce, autant s'imprégner de son ambiance. Et puis, la version d'Anouilh était très agréable à lire, beaucoup moins difficile que les tragédies de l'Antiquité. En plus de ça, il n'avait pas l'intention de s'attarder des heures dans cette salle, autant ne pas prendre un énorme pavé.

Et puis... Il s'identifiait facilement à Antigone. Cette jeune fille qui s'était battue contre toute l'opinion de son peuple et de son roi pour rétablir l'honneur de son frère, tandis que son frère ne méritait aucun honneur. Jun ne s'était pas vraiment battu pour sa sœur. Il se battait pour la venger, mais il n'avait pour ainsi dire rien fait pour empêché la catastrophe. Si il avait pu être un peu moins égoïste, peut être que... Ah non Jun, stop, on ne ressasse pas le passé, t'auras tout le temps d'en rêver cette nuit, merde!

Il poussa un profond soupir, tira sur sa cigarette et se plongea à corps perdu dans son livre, rêvant honteusement d'avoir un jour la même volonté que la jeune femme qui en était le protagoniste, se faisant consciencieusement un mal inutile et qui le rendrait encore plus détestable, jusqu'à ce qu'un bruit de porte qui s'ouvre vienne perturber le cours de ses pensées. Tiens, un élève qui avait échappé à ses statistiques de non venue. Etonnant.
Il consentit donc à lever un oeil calme de son oeuvre pour saluer l'arrivée de cette exception à la règle.
Revenir en haut Aller en bas
Oshimuriwa Narra

avatar

Nombre de messages : 344
Age : 27
Âge du perso : 17 ans
Dortoir n° : 3 [ Musique - Guitare ] [ Mannequinat ]
Chambre : 3 - 0?, If you want to see me...
Date d'inscription : 05/11/2007

Feuille de personnage
Classe: Quatre
Côté coeur: Ma guitare...ma vie, mon insomnie...mon plaisir
Humeur: froide et distante...

MessageSujet: Re: Réfugié (PV Narra)   Mar 1 Jan - 18:12

Narra s'ennuyait à mourir, il était quand même tôt et il ne savait pas trop quoi faire. Il entendit alors la sonnerie qui annonçait qu'il était bientît midi. Il était déjà passé à la cafétéria pour justement ne pas avoir à croiser trop de monde. Il regarda sa chambre et entendit du bruit. Son colocataire revenait déjà? Ce n'était pas dans ses habitudes, il était en train de rire avec quelqu'un d'autre quand ils entrèrent dans la chambre. Celle-ci était vide, en effet Narra venait de se glisser dans la salle de bain et de s'habiller pour sortir. Il n'avait pas envie de rester dans sa chambre et faire de la musique avec des gens dans la pièce. Il trouvait ça tellement peu...lui. Il soupira enfin et il se coiffa rapidement avant de mettre ses gants en cuir. Il ne portait pas son uniforme, après tout il était dans les dortoirs et aujourd'hui il n'y avait pas cours, par conséquent il était en droit de le laisser dans son armoire. Il sortit et vit que son colocataire était bien avec quelqu'un. Grand bien lui fasse se dit-il, il n'avait même pas envie de connaitre la personne avec lui. C'est donc avec son visage sans aucun sentiment qu'il traversa la salle et pris son étui à guitare.

Une fois qu'il eut son merveilleu instrument en main il partit sans prononcer le moindre mot. Il n'en avait simplement pas envie, et puis c'était totalement intuil. Il ne s'entendait pas réellement avec Huran et cela ne le traumatisait pas, même très loin de ça d'ailleurs. Après tout, pourquoi devrait-il chercher plus loin? Il n'avait pas envie de creuser pour le découvrir car s'il faisait ça il laisserait une fissure sur sa belle carapace infranchissable. Infrachissable? Non ce n'était pas le mot, quelqu'un était parvenu à y accèder et c'était ce qui lui faisait le plus peur. Il avait vu quelqu'un réussir à tout simplement voir combien il pouvait être triste. Enfin, il supposait qu'il y était parvenu mais peut-être que c'était lui qui se trompait et que finalement il n'avait encore rien compris à tout ça. Il soupira et vit enfin une salle qu'il connaissait bien, depuis son arrivé il était venu plus d'une fois dans cet endroit pour trouver la paix et pouvoir jouer et composer.

Il ouvrit donc la porte et ne remarqua pas le jeune homme à la fenêtre. Pourquoi? Tout simplement car il avait la tête baissée et qu'il referma la porte dans le plus grand des silences. Il se posa dans un coin de la salle et il ouvrit avec rapidité son étui. Il en sortit ensuite une magnifique guitare et une partition. C'était sa dernière création, elle était encore inachevé. Il la regarda toujours la tête baissé et il commença à jouer. Il n'avait pas encore mis les paroles sur le papier, mais il savait déjà à peut près tout le texte. Il commença donc avec rapidité et aileté à laisser ses doigts glisser sur l'instrument. Il joua donc brillament le début de morceau qu'il avait fait et puis tout doucement le rythme se calma, il commença à jouer et prit un crayon en notant les notes qui allaient ensemble.

Il refit le morceau et c'est à ce moment là qu'il leva la tête, c'est qu'il n'était pas rapide. Il s'arrêta laissant tout de même sa main près de ses cordes comme s'il allait bientôt se remettre à jouer et il examina le jeune homme dans la pénombre. il ne prononça ni parole et ne lui fit aucun sourire laissant juste son regard se promener. Il rabaissa alors la tête et se remit à faire son travail de note. Intérieurement il se demandait qui c'était et tout ça, mais ce n'était pas lui qui engagerait la conversation...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Réfugié (PV Narra)   Mar 1 Jan - 20:52

L'effort de l'échange de regard ne fut visiblement pas réciproque, vu que la présence de Jun sembla passer totalement inaperçu dans l'esprit de ce jeune musicien. Le jeune monarque haussa un sourcil quelque peu surpris. Il était un peu inhabituel qu'on ne le remarque pas. En règle générale on le détestait, ou bien on l'admirait, on avait envie de lui ou bien on lui trouvait un côté vomitif, mais on ne l'ignorait pas. Mais bon, pour tout dire, la surprise fut plutôt agréable. Pour une fois qu'on lui foutait une paix royale, il n'allait pas se plaindre!

Il se replongea donc dans sa lecture, laissant le petite bourgeois bohème s'installer et tâcha de ne pas se laisser perturber par le rythme entraînant que l'intrus installa dans la pièce. Ouais... Moyen pour se concentrer sur le monologue d'une fille qui est résolue à mourir pour son frère quand même. Il aurait bien aimé se racler la gorge, exprimer un minimum sa présence, mais c'était inutile. Il savait par expérience qu'un artiste était imperturbable quand il exerçait, et que pour peu qu'on parvienne à le perturber, on subissait ses foudres comme jamais on n'avait subi les foudres de personne. Laisse courir Jun, il va bien finir par se calmer notre saltimbanque.

En effet, la mélodie se fit lus calme. Elle stoppa, puis reprit, puis stoppa de nouveau, obligeant Jun à lever de nouveau les yeux, dans un élan de vague curiosité. L'intrus composait apparemment. Le moins qu'on puisse dire, c'était qu'il était courageux. La plupart des gens qui s'étaient essayés à la composition en avaient sorti quelque chose de parfaitement fade et sans intérêt. Voyons un peu ce que donne celui là.
Jun tira sur sa cigarette et l'observa en silence, écoutant les notes qui sortaient de chacun de ces gribouillages incompréhensibles. Il ne savait pas faire de musique. Il aurait du faire du solfège, mais avait toujours séché les cours. Pour lui, la musique ne s'apprenait pas, elle se vivait. C'était d'ailleurs son seul critère de choix en ce qui concernait les artistes qu'il écoutait. La vie qui pouvait ressortir de leurs tripes. Quoi de plus sublime que L'amour est enfant de bohème écouté dans une salle d'opéra immense et interprété par la plus grande des cantatrices? Rien. Pas musicalement en tout cas. Lui voyait la musique comme une pièce de théâtre. Les changements de ton, de mélodie de rythme. Ce n'était ni plus ni moins que les différentes émotions qui passaient sur le visage d'un acteur interprètant Shakespeare. Et ce jeune était étonnement vivant. Ca n'avait rien à voir avec Freddie Mercury ou Bono mais c'était pas mal pour un début. Jun fut presque séduit.

Séduction qu’il n'afficha absolument pas quand le saltimbanque daigna enfin lever les yeux vers lui. Il se contenta de continuer de le fixer sans aucune gêne l'espace d'interminables secondes, sans lâcher un mot, laissant un silence assourdissant s'installer après le défilé de notes qu'il venait de se faire offrir. Calmement, il tira une dernière fois sur sa cigarette et l'écrasa sur le rebord. Puis il reprit son bouquin, laissant l'autre se concentrer sur le semblant de mélodie qu'il composait. Il ne voyait pas très bien ce qu'il pourrait avoir à dire. Il se foutait de ce mec comme de sa première chemise. Bon d'accord, le gus avait le mérite d'avoir fait en sorte que sa présence ne soit pas désagréable, mais elle n'en était pas plus exaltante que celle des autres.

Bon, en tout cas, il était inutile d'essayer de lire dans ses conditions. Il poussa un soupir ostensible et reposa le bouquin avant de reporter son attention sur le gamin. Il observa son visage et chercha dans sa mémoire ce que ça pouvait bien lui rappeler. Que-dalle... Le trou noir. En tout cas, le type était plutôt mignon. Ce qui n'avait d'ailleurs rien de méritoire dans ce fichu lycée.
Jun finit par lâcher d'une voix glaciale et dont le tranchant contrastait avec la douceur qu'il s'efforçait de conserver.

Elle est trop grave ta mélodie pour le rythme à laquelle tu la joues. De l’extérieur, on dirait que tu essayes de jouer pour faire danser une veuve dont on vient d’enterrer le mari

D'accord, c'était un peu trop sévère. Mais à part critiquer, il n'était plus habitué à grand chose. Il ralluma une cigarette, reprit son livre et replongea dedans après avoir murmuré avec réticence.

Mais c'est plutôt pas mal. Pour un élève.

Mais pourquoi est ce qu'il lui racontait ça? Qu'est ce qu'on en avait à foutre franchement de cette chanson stupide. Non mais franchemnet mon pauvre Jun reprends toi, t'es vraiment en manque de conversation toi.
Revenir en haut Aller en bas
Oshimuriwa Narra

avatar

Nombre de messages : 344
Age : 27
Âge du perso : 17 ans
Dortoir n° : 3 [ Musique - Guitare ] [ Mannequinat ]
Chambre : 3 - 0?, If you want to see me...
Date d'inscription : 05/11/2007

Feuille de personnage
Classe: Quatre
Côté coeur: Ma guitare...ma vie, mon insomnie...mon plaisir
Humeur: froide et distante...

MessageSujet: Re: Réfugié (PV Narra)   Mer 2 Jan - 11:52

Narra était en train de le regarder quand il l'entendit le critiquer. Il le regarda donc bien pour écouter ce qu'il disait. Il avait raison, le rythme était beaucoup trop haché mais savait-il comment il composait au moins? C'était sa manière à lui de créer une chanson, il la rejouer un million de fois jusqu'à trouver les meilleures notes pour lui qui aille le mieux avec les paroles. D'ailleurs, il n'avait même aps les paroles de sa chanson. Ce n'est pas qu'il écrivait forcément les notes avant et ensuite inventé des parooles qui allait avec la mélodie. Avec le guitariste c'était la mélodie qui devait s'adapter aux paroles car il ne changer jamais ses chansons, elles étaient trop le reflet de son âme et de ses pensées. En clair bien trop précieuse pour qu'il commence à faire n'importe quoi. Et puis ce ne serait plus lui si le chant devenait quelque chose de commun à beaucoup. Et en plus d'être commun à d'autres chansons et stars célèbrent, mais il s'en moquait finalement quand on regardait bien car si c'était le reflet de sa pensée peu importe comment et qui le chante tout ce qu'il faut c'est que celui qui ressent la même chose se laisse aller à tout ça.

« Je suis en pleine composition, vous n'avez ni les paroles ni la véritable mélodie, je pense donc que vous ne pouvez pas encore emetter le moindre jugement. »

Il avait dit ça de sa voix neutre, on aurait dit que ça le gêner de devir donenr une quelconque explication de sont ravail. Mais en réalité il s'en moquait complètement de tout ça, pour lui c'était simple finalement. Oui très simple, ce garçon ne pouvait encore rien dire et même s'il le disait Narra s'en moquait car il ne jouait pas pour plaire. C'était comme si il se souvenait de Mitsumi, il lui avait bien dit dans cette piscine de se trouver sa propre chanson et pas celle des autres. Il ne voulait ni félicitation ni rien du tout, juste qu'on le laisse jouer. Il se moquait qu'on l'écoute ou pas, il avait besoin de parler et c'est comme si les mots le gênait et restait au travers de sa gorge le poignant et l'empêchant tout simplement de dire sa manière de pensée. Il murmura alors doucement en posant son regard sur son cahier.

« De plus selon moi la musique c'est quelque chose que je vis, votre avis je m'en fiche légèrement car je compose pour moi même! »

Il le regarda alors avec son air neutre comme toujours, il ne changerait pas. Ce n'est pas qu'il aimait ou n'aimait pas être critiqué c'est juste qu'il détestait que quelqu'un critique ses oeuvres encore inachevé. Il savait que c'était bête car quand il l'aurait fini son professeur viendrait lui prendre sa partition des mains et après l'avoir lu il se mettra à la jouer pour voir quel son cela donne. Il allait regarder la technique que le jeune guitariste avait utilisé. Et Narre n'aurait absolument rien à dire, comme à chaque fois d'ailleurs, il devrait subir ce qu'on lui fait et l'humiliation que ça aurait. Oui, pour lui c'était une humiliation que n'importe qui puisse entendre ces morceau et encore plus que pour beaucoup ils riaient des airs du jeune homme. Eux, qui était même pas capable de jouer un simple morceau sans faire une fausse note ou s'entraîner pendant des jours entiers. Il soupira alors en le regardant, il ne l'avait jamais vu dans la salle de musique donc il critiquait sans vraiment connaître la technique de composition ni rien. Il écoutait mais c'était inutil car il ne savait pas les pensée, les paroles ou quelque chose qui aurait pu le guider sur ce que voulait obtenir le jeune guitariste.

Il regarda alors son carnet de note et il regarda les gribouillages qu'il avait fait. Ce 'nétait aps encore ça. Il se remit donc au travail laissant aisni la guitare raisonner dans la pièce. Il se moquait bien que quelqu'un étit déjà là, dans cette salle il continuerait de jouer sans jamais lâcher un mot. Il s'arrêta de nouveau au coin que ça bloquer et il se remit à faire plusieurs notes ne trouvant toujours pas la meilleure note. Il tenta alors quelques accords mais le mouvement devait devenir grave et ce contraste entre l'aigue et le grave n'allait pas du tout. Il comprit alors qu'il devait faire soit un silence, soit tout simplement mettre une demi comme note intermédiaire. C'était bête comme solution mais ça lui permettrait de faire ce qu'il souhaitait en son. Il écrivit donc les différentes notes et leurs temps pour qu'il puisse s'en souvenir quand il réécrira au propre tout ça. Il rejoua donc le morceau toujours aussi concentré, faisant attention à la moindre note pour voir si elle s'harmonisait comme il fallait au reste et il pu jouerses deux autres notes qu'il avait eu temps de mal à trouver. Il eut alors un petit sourire en se rendant compte que la mélodie était belle et que ça collait bien avec ce qu'il voulait faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Réfugié (PV Narra)   Mer 2 Jan - 12:16

Le première réponse de son interlocuteur le fit doucement sourire. C'était tellement facile de vexer un artiste. Il suffisait de s'en prendre à son art. Jun n'aimait pas trop jouer sur ce plan là, puisqu'il se savait lui même capable d'égorger quiconque oserait critiquer sa façon d'interpréter un rôle. Mais c'était tout de même amusant, vu de l'extérieur, cette relation excessive qui pouvait exister entre un compositeur et sa composition. Il se contenta donc de hausser les épaules et murmura d'une voix dont la glace n'avait d'égale que la neutralité de la personne à qui il s'adressait, un sourire froidement narquois sur les lèvres.

C'est dans la nature humaine d'émettre un jugement. Je me contente d'écouter ma nature.

Puis il se replongea dans sa lecture, ignorant la deuxième phrase que put lui sortir Narra. En un sens, cette réponse là lui plut légèrement plus que l'autre. Il vivait sa musique, c'était tout à son honneur. Jun trouvait ça un peu trop fleur bleue mais la musique était justement une matière vivante et il était rare qu'un artiste parvienne enfin à en prendre conscience. Quand on voyait toutes les niaiseries dont pouvaient faire prendre les idoles actuelles. Mais si il y avait bien une chose que le jeune Mizuki savait mieux que quiconque, c'était que cette sensibilité musicale attirerait à ce jeune naïf toutes les critiques possibles et imaginable, si ce n'était d'ailleurs déjà fait. Le monde actuel ne laissait aucune place à la sensibilité ou à l'originalité, il allait se faire descendre. Idée qui aurait pu apitoyer ou impressionner n'importe qui d'autre, mais qui n'éveilla en Jun qu'un vague mépris à la fois amusé et apitoyé. Les humains franchement... Ils passaient leur temps à se battre pour leurs convictions et quand leurs convictions leur attirait tous les maux du monde, ils s'apitoyaient sur leur sort et gémissait contre la cruauté de leurs semblables. C'était toujours la même chose. D'ici dix ans, ce guitariste là serait à la rue, jouant ses airs dans le métro pour gagner de quoi s'acheter à boire, uniquement parce qu'il n'était pas foutu de faire quelque chose d'un tant soit peu classique et s'obstinait à jouer pour lui et non pour les autres. Alors Jun avait beau trouver ça méritoire, il n'allait pas admirer une bêtise pareille. Il avait une folle envie de lui dire "Réveille toi mon grand, ce sont les autres qui te donneront l'argent pour continuer à jouer, et les autres se foutent bien que tu vives ta musique ou non", mais il fit l'effort de fermer sa grande... Il était fatigué et n'avait absolument aucune envie de rentrer dans un débat pareil.

La mélodie qui sortit enfin du travail silencieux que lui faisait subir le guitariste était étonnamment correcte. A tel point que Jun laissa un sourire calme étirer ses lèvres quand il l'entendit. Bon, il n'était toujours débordant de chaleur mais cet air avait eu le mérite de lui passer l'envie de descendre Narra. Après tout, cet élève là avait du talent. Il était stupide, borné, naïf et visiblement irritant mais il avait du talent. Il fallait au moins lui reconnaître ça. Une reconnaissance que Jun n'exprimerait jamais à voix haute, ça allait de soi, mais bon... Il avait tout de même un peu moins envie de le tuer que le reste du monde pour le moment.
Il parvint même à entrapercevoir un sourire flottant sur les lèvres de Narra et sourit lui même intérieurement. Il en faut peu pour être heureux. C'était fou ce qu'un artiste pouvait avoir l'air niais quand il venait de réussir ce qu'il entreprenait. Mais une fois de plus, Jun se garda de commentaire. Pur solidarité de l'artisanat, il se savait lui même assez niais en ce qui concernait de théâtre. Et comme il n'avait pas envie d'entendre une nouvelle imbécillité du genre "Je viens de réussir pou moi, je me fiche de ce que tu penses", il garda le silence et bien qu'il fut presque tenté de faire un compliment, il se tut et poursuivit tranquillement sa lecture, après avoir allumé une nouvelle cigarette.
Revenir en haut Aller en bas
Oshimuriwa Narra

avatar

Nombre de messages : 344
Age : 27
Âge du perso : 17 ans
Dortoir n° : 3 [ Musique - Guitare ] [ Mannequinat ]
Chambre : 3 - 0?, If you want to see me...
Date d'inscription : 05/11/2007

Feuille de personnage
Classe: Quatre
Côté coeur: Ma guitare...ma vie, mon insomnie...mon plaisir
Humeur: froide et distante...

MessageSujet: Re: Réfugié (PV Narra)   Mer 2 Jan - 12:43

Narra ne regardait rien, il n'était plus qu'à sa composition n'écoutant même pas ce que lui disait Jun. La nature humaine? Alors ce n'était qu'un mouton qui suivait le reste du troupeau? Narra avait conscience que son art serait mal perçu par la société et au mieux on lui laissera sa place dans le monde de la musique qu'à sa mort. Mais il s'en moquait, mourir de faim en faisant la manche avec sa guitare, c'était ça le pire pour l'être humain? Narra ne pensait pas ça, le pire pour lui était qu'on lui retire sa guitare, il ne voulait pas être classique, il ne voulait pas qu'on le regarde comme on regarde les artiste de nos jours. Peut-être que ça finirait mal pour lui, il en avait d'ailleurs conscience, mais si cela doit arriver, ça arrivera et il ne cherchera pas plus loin d'explication et de dérision. Il continua donc de chercher ses notes, les unes après les autres sans dire un mot. Il écrivit quelques notes encore, une bonne dizaine et il s'arrêta et se leva. Il posa alors sa guitare sur son étui et il sortit de la salle pendant deux seconde. Il alla rapidement à sa chambre et il prit une pomme et une orange. il retourna ensuite à la salle d'art, oui il avait mangé déjà mais il recommençait à avoir faim. Une fois de retour dans la salle il posa la pomme sur une des table et il alla à la poubelle pour éplucher son orange. Il regarda alors Jun et dit avec toujours le même air neutre.

"Il est passé midi, si vous avez faim, vous pouvez prendre cette pomme.."

Splendide la conversation vous ne trouvez pas? Enfin Narra avait fait un effort car d'habitude il n'aurait même pas proposé un de ses fruits. Il finit donc d'éplucher son agrume et il s'asseya sur une table tranquillement au milieu de cette grande salle. Pratiquement personne ne se servait de cette salle sauf quand il y avait des grand devoirs et encore, beaucoup usait plus de la bibliothéque. Mais bon, elle était quand même bien, il se sentait à l'aise et avait l'impression qu'il pouvait être seul au monde dans une telle atmosphère. Il y avait tellement d'artiste dans ce dortoir qu'il passait tout de suite inaperçu. Il faisait parti de ces moutons, mais il n'était pas totalement comme eux. Il soupira en mangeant le premier quartier l'air totalement evasif, oui il était parti dans son petit monde et il regardait la porte et sa guitare. Il baissa alors la tête, et il continua demanger. Il ne disait rien du tout, pas un mot, il avait déjà proposer une pomme à Jun à lui de l'accepter ou la refuser il n'allait pas non plus le forcer. Au pire c'est lui qui la mangerait.

Il pris alors en main un deuxième quartier et il posa son regard neutre et sans expression sur le livre du jeune homme. A ce qu'il pouvait voir de loin, à la couverture ce devait être un livre de théâtre. Il ne dit rien et enleva tranquillement son regard du livre pour le reposer sur toute la pièce. Il finit alors par dire dans un petit soupire, il ne se sentait pas obliger mais au moins il avait envie de le faire car bon, c'était un peu agaçant ce silence si pesant.


"Oshimuriwa Narra et vous? Vous êtes comédiens?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Réfugié (PV Narra)   Mer 2 Jan - 13:44

Le guitariste sortit finalement, et Jun se demanda si il ne l'avait pas vexé. Bah, ce ne serait pas la première fois. Ni la dernière. Et puis, franchement, il n'en avait rien à carrer de ce type.
Certain donc qu'il était enfin à nouveau seul, il laissa son regard se perdre à travers la fenêtre, fumant lentement, songeant au nombre de cigarette qu'il avait pu s'enfiler ces derniers jours. Trop, c'était tout ce qu'il savait. Il ne parvenait même plus à les compter. Il fumait trop, il en avait conscience. Mais bon, mourir de ça ou d'autre chose...

Il fut un peu surpris d'entendre la porte s'ouvrir de nouveau. Un nouvel artiste en herbe venu lui faire subir un nouveau rafut insupportable? Ah non, c'était toujours le même. Il tenait dans sa main deux fruits, et il eut la bonté de lui proposer de manger l'un d'eux. Comme c'est gentil. Jun ne releva même pas et reprit dans la contemplation d'un point invisible à travers le fenêtre le temps de fumer sa cigarette, puis quand il eut fini, il descendit de son perchoir et s'approcha de la table. Il n'avait absolument pas faim, mais bon, c'était plutôt sympa de la part de l'autre autiste de service de lui avoir proposé ça. D'autant plus que ça semblait lui coûter un effort. Lequel, allez savoir. Peut être simplement celui de communiquer. Jun pouvait comprendre ça, il y avait bien longtemps qu'il ne communiquait plus avec personne. Même le bref "merci" qu'il lança à Narra lui fit l'effet d'une lame de rasoir dans sa gorge. Merci. Qu'est ce qu’il pouvait détester ce mot.

Il s'assit en face de lui, sortit un canif de sa poche et coupa un quartier qu'il fourra dans sa bouche et mâcha lentement en silence, les yeux perdus sur le fruit. Répétant le manège plusieurs fois, il ne laissa paraître sur son visage aucune expression, nullement gêné par le silence que seuls brisaient les bruits de leurs diverses mastications. Il aimait le silence. Et il détestait parler. Mais apparemment, l'autre n'était pas de cet avis. Il se présenta et Jun releva vers lui un regard à la fois je m'en foutiste et un tant soit peu amusé. Pas amusé à cause de cette présentation tout à fait classique, mais visiblement parce que Narra ne l'avait fait que pour briser le silence qui semblait lui être insupportable. C'était assez drôle en un sens. Cette incapacité qu'avait l'âme humaine é laisser le silence s'installer entre deux êtres. A croire que le silence était à la base de tous les malheurs. Alors qu'il aurait bien souvent suffi d'un silence pour régler un bon nombre de conflits inutiles.

Mais bon, puisque "Oshimuriwa Narra" avait fait l'effort d'engager la conversation, il allait devoir suivre un minimum. Il répondit donc, son éternel sourire narquois et glacial étirant ses lèvres.

Quelle perspicacité.

Encore et toujours une moquerie. A croire qu'il ne fonctionnait plus que par ça. Il avait du mal à trouver d'autres moyens de communication. Il poussa un léger soupir et alla jeter le trognon de sa pomme avant de retourner à table pour murmurer sur un ton un peu moins dur, bien que toujours aussi froid.

Mizuki Jun. Ca fait longtemps que tu composes?

Pourquoi cette question? Il aurait mieux fait de se tirer et de laisser le guitariste guitarer tranquillement. Comme si il était fait pour les conversation. Il ne l'avait jamais été. Même à l'époque ou il était autre chose qu'un parfait salop, il parlait peu. Enfin bon, autant essayer. Non pas qu'il se sente seul au point de nouer des liens, mais il n'avait pas grand chose de mieux à faire pour le quart d'heure.
Revenir en haut Aller en bas
Oshimuriwa Narra

avatar

Nombre de messages : 344
Age : 27
Âge du perso : 17 ans
Dortoir n° : 3 [ Musique - Guitare ] [ Mannequinat ]
Chambre : 3 - 0?, If you want to see me...
Date d'inscription : 05/11/2007

Feuille de personnage
Classe: Quatre
Côté coeur: Ma guitare...ma vie, mon insomnie...mon plaisir
Humeur: froide et distante...

MessageSujet: Re: Réfugié (PV Narra)   Jeu 3 Jan - 11:51

Narra mangeait tranquillement son orange, sans même penser à se presser. Non, il n'aimait pas manger précipitamment, car pour avoir le goût des chsoes il valait tout simplement mieux délecter les fruits. Mais bon, il ne restat pas trois heures en extase devant son fruit, la preuve en était qu'il était déjà presque fini. Il regarda alors le dernier quartier qui lui restait et il le mangea en écoutant les paroles de l'autre jeune homme en laissant ses yeux se lever vers le visage de ce garçon. Il le regarda mais au fond de son regard vide d'expression on pouvait rapidement remarquer qu'il ne le regardait pas. C'était comme si son visage et ses yeux était complètement déconnecter, dans un autre monde, ce monde que personne ne souhaitait voir et que tout le monde pouvait remarquer. Il se leva alors et il finit par soupirer docuement. Il alla alors tranquillement au lavabo qui se trouvait derrière son interlocuteur un peu plus loin et qui servait au dessinateurs. Il ouvrit donc l'eau et il se lava les mains dans le plus grand des silences sans rien dire, pourquoi? Il voyait bien que cette conversation, si on pouvait la nommait ainsi ne rimer à pas grand chose. Il n'aimait pas le silence autant qu'il l'aimait, ils auraient mieux fait de continuer avec au lieu de chercher la communication. C'était Narra le fautif, il n'avait pas aimé ce silence si soudain, c'est comme à chaque fois qu'il joue, la musique ennivre sa tête et il ne peut plus subir de silence jusqu'à ce que sa tête soit vide des notes que la guitare à déjà jouer et qu'il ne cesse de se repasser pour vérifier que tout va bien dans sa mélodie. Il ne souriait toujour pas t se tourna enfin vers Jun. Il allait répondre à sa question, c'était la moindre des politesse.

« Depuis que j'ai 9 ans... »

Il ne pouvait ni dire de et toi? Ni demander s'il écrivait des pièces de théâtre ou tout ça, et puis à limite qu'est-ce que cela changerait de savoir une telle chose. Le ton de voix de Jun ne changeait pas tout comme la voix plate de Narra ne montait ou ne descendait pas d'un demi-ton. Aucune envie ni de l'un ni de l'autre on avait l'impression qu'on les forçait à discuter. Narra eut alors un petit sourire au coin des lèvres, mais loin d'être joyeux, non juste moqueur. Il ne savait pas pourquoi mais il se moquait pas de son interlocuteur mais de cette pitoyable conversation qu'ils avaient. Il se bougea donc un peu du lavabo après s'être essuyé les mains et il commença à faire semblant de danser. Il continua à rire doucement puis il regarda Jun. Oui, de toutes manières ça ne coûtait rien.

« C'est pitoyable notre conversation...On devrait arrêter là les efforts inutils...Après tout ce n'est pas comme si on avait envie de ce connaître pour aller à ce bal... »

Il avait dit ça sur le ton de la rigolade, mais peut-être que l'autre ne verrait pas ça de cette oreille. En tout cas ce n'était plus les affaires de Narra. Celui-ci d'ailleurs était déjà reparti à sa guitare qu'il prenait en main pour se remettre à jouer.

[gomen c'est pitoyable u_u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Réfugié (PV Narra)   Ven 4 Jan - 18:36

hj: Mais non mais non. Désolé, c'ets loin d'être aussi magnifique que ce que je voulais. Jun est vraiment un enfoiré, j'ai presque honte d'avoir créé un tel monstre!

"Depuis que j'ai 9 ans".
Cette phrase eut le don de plonger Jun dans des Abymes de perplexité. Pourtant ce n’était pas très compliqué. Grammaticalement parlant, ce n’était même pas une phrase d’ailleurs. Il n’y avait ni sujet ni verbe. Juste un complément. Complément qui ne complétait donc rien, par la force des choses. Mais Jun ne put s’empêcher de se demander si Narra avait donné cette réponse pour exprimer la longueur de ses études ou au contraire la brièveté. Depuis que j’ai neuf ans, ça voulait dire que ça faisait minimum 6 ans. Sûrement plus, il n’avait pas l’air d’avoir 15 ans. Donc à peu près 8. 8 ans, c’était court ou long pour un musicien de 17 ans ? Personnellement, il trouvait cette durée relativement acceptable, mais que pensait Narra de ça ? Et puis en plus de ça, il était parfaitement inutile d’essayer de savoir ce qu’avait pu ressentir Narra en rpononçant ses mots étant donné que Jun n’avait vu qu’une seule personne capable d’une telle neutralité, et c’était lui même. Donc cela resterait à jamais un grand mystère…

Bon Dieu Jun, allume toi une cigarette et ferme ton cerveau une bonne fois pour tout ça devient grave.

Il s’exécuta donc, allumant sa troisième cigarette en moins d’une demi heure, score plutôt correct d’ailleurs, et tira lentement sur l’objet de son plaisir, jusqu’à ce que Narra ajoute quelque chose qui lui arracha un rire glacial. Heureusement d’ailleurs que son interlocuteur riait aussi parce qu’il aurait sans doute trouvé cela étrange autrement. Seulement, ils ne riaient certainement pas pour la même raison. Narra semblait rire à la fois par méprise et par autodérision, trouvant cette situation parfaitement ridicule, alors que Jun riait de la tournure de la phrase en elle même. Il tira sur sa cigarette et murmura dans un souffle séduisant et froidement amusé.

Fais attention à ce que tu dis.

Après tout, Jun avait complètement zappé cette histoire de bal et il n’avait pour ainsi dire aucune cavalière. D’autant plus que les seules filles qui l’intéressaient étaient déjà sorties avec lui et que la plupart ne pouvaient plus le voir. Il avait tendance à rompre avec un certain sadisme, il fallait bien l’admettre. Quant aux garçons… il ne sortait pas avec les garçons de son lycée. Non pas qu’il ait honte, mais il n’avait aucune envie d’attirer les regards en sortant avec quelqu’un du même sexe. D’autant plus que le plaisir que pouvait lui apporter un homme n’était rentable que si l’homme en question avait un minimum de maturité et d’expérience. Les petits puceaux incapables de savoir si ils préféraient les fille sou les mecs, totalement maladroits et excités à la moindre caresse, très peu pour lui.
En clair, il n’avait personne pour ce foutu bal. Et même si il n’avait pas eu un coup de foudre immédiat pour ce petit guitariste, le garçon présentait un avantage : Lui non plus n’aimait pas parle pour ne rien dire, ni exprimer la moindre émotion, ni même exiger de l’émotion de la part des autres. En clair, il était beaucoup moins insupportable que tous les hystériques qui lui faisaient office de camarade. Seulement, il avait beau être un parfait salop, Jun ne pouvait décemment pas lui présenter les choses ainsi. Même lui, il trouvait ça vraiment trop grossier. Il tira longuement sur sa cigarette, afin de s’accorder une réflexion suffisante pour tourner sa phrase de façon correcte et finit par le regarder avec toute la neutralité dont il était capable, ne pouvant cependant s’empêcher de sourire.

Pourquoi ne pas y aller ensemble ? Je t’avouerai que je ne suis pas très fan de ce genre de manifestations, et que l’idée d’y aller avec quelqu’un que ça surexcite m’insupporte. A moins que tu aies un partenaire bien sûr. Ou que tu ne veuilles pas y aller avec un homme.
Revenir en haut Aller en bas
Oshimuriwa Narra

avatar

Nombre de messages : 344
Age : 27
Âge du perso : 17 ans
Dortoir n° : 3 [ Musique - Guitare ] [ Mannequinat ]
Chambre : 3 - 0?, If you want to see me...
Date d'inscription : 05/11/2007

Feuille de personnage
Classe: Quatre
Côté coeur: Ma guitare...ma vie, mon insomnie...mon plaisir
Humeur: froide et distante...

MessageSujet: Re: Réfugié (PV Narra)   Ven 4 Jan - 19:51

hj : XD J'adore la manière de présenter les choses... Narra passe pour un bouche trou...

Il le regarda quelques instant tujours à rire de ce rire sans expression quand il entendit sa phrase; Qu'est-ce qu'il voulait dire par là? Ils n'étaient pas proche à ce point et puis qu'est-ceque ça changerait de toutes manières? Il alla donc tranquillement retrouver sa guitare et il se remit à lire ans sa tête la partition pour voir s'il n'avait pas fait d'erreur en écrivant le rythme. Evidemment il faisait ça silencieusement ne trouvant pas d'intérêt de partager cela avec le garçon qui à cet instant était bizarrement silencieux. Il ne trouvait pas ça pesant mais plutôt inquiétant car on avait l'impression qu'il cherchait à dire quelque chose. Peut-être voulait-il dire un truc? Narra ne savait pas mais cela ne l'intéressait que très peu. Il baissa donc la tête pour regarder son instrument et il se mit à mettre ses doigts pour réfléchir à sa prochaine note, les accord qu'est-ce qui passerait le mieux ensuite? Il ne savait pas mais il se posait bien la question. Il entendit alors la phrase de Jun et il releva la tête avant de dire tranquillement.

"Aller au bal ensemble...? Ben moi je prévoyais de dormir dans ma chambre pendant ce bal... Mais si ça peut rendre service..."

Il le regarda comme cherchant un piège dans une telle proposition. Bon, c'était sympa au moins il ne faisait que le regardait comme s'il était fou. Mais bon, peut-être que c'était vrai qu'il l'était la preuve il avait osé lui demander pour aller au bal avec eux. Il avait prévu de dormir mais semble-t-il personne ne le laissera faire ça. Mais bon, pour une fois il ferait un petit effort pour paraître plus ou moins enjoué à l'idée de pouvoir participer à une activité commune à l'ensemble des élèves de ce lycée. C'était fou que de croire qu'il allait réellement faire le mec enjoué et heureux. Après tout qu'est-ce que ça pouvait changer? Il n'avait pas envie de sauter sur place en disant et criant comme si c'était une chose merveilleuse. En plus ça n'irait même pas avec sa personnalité, il était bien plus le genre de garçon à bailler quand on lui demandait ça mais bon. Il haussa alors les épaules et il compris bien que c'était un peu un dernier recours pour Jun, il dit donc tranquillement comme si cela ne changerait pas sa vie de toutes manières.

"Donc ok je serais votre partenaire pour ce bal..."

Il finit alors par sourire, mais de ce sourire sans émotion, sans aucun sentiment qui montrait toujours son regard sans vie et sans envie surtout. Il ne savait pas trop ce qu'il allait faire mais bon il allait pas faire faux bon à ce garçon. Il semblait avoir envie d'y aller sans être embêter. Ils allaient faire tapisserie pendant toute la soirée c'était evident maintenant. Narra se moquait pas mal que ce sit un mec ou une fille mais bon si c'était pour dormir sur une table c'était un peu inutil d'y aller. Il baissa alors doucement la tête et il commença à faire glisser ses doigts sur les cordes une nouvelle fois. Il n'avait plus rien à dire à ce jeune homme, après tout qu'est-ce qu'il pourrait lui dire? Peut-être lui demander comment il comptait s'habiller histoire de pas avoir l'air bête? Savoir où ils se retrouvaient à moins que ce soit directement au bal? Non, il n'avait pas envie de savoir ça, il préférait les surprises, ce bal n'était qu'une fête parmi les autres. Elle n'était rien véritablement. Il finit tout de même par lever la tête laissant ainsi le silence s'installer de nouveau entre eux. Il avait les yeux sur son visage, mais on ne pouvait pas lire sur le siens ce qu'il pensait, ce qui se cachait derrière ces yeux noirs et légèrement insolent tout de même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Réfugié (PV Narra)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Réfugié (PV Narra)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mission : Protection du camp de réfugiés [avec Sofia Nilindra]
» Alerte rouge
» Même en été, si on est mouillé on s'en sort en séchant. [Narra/Jiyu]
» Tad' the chamanic dude VS Narra the pyrocrazychopath [Pv Narra]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ohsaka Gakuen :: Hors-jeux :: Corbeille :: Anciens RPs - V1-
Sauter vers: